Garder ses sous-vêtements pendant un examen gynécologique? Bientôt possible grâce à la culotte Imagyne

FEMME Les patientes les plus pudiques apprécieront ce dessous pensé pour elles

Anissa Boumediene

— 

Par crainte de l'examen gynécologique, de nombreuses femmes boudent leur consultation, ce qui n'est pas sans risque pour leur santé.
Par crainte de l'examen gynécologique, de nombreuses femmes boudent leur consultation, ce qui n'est pas sans risque pour leur santé. — Didier Pallages afp.com
  • Pour de nombreuses femmes, la crainte de l’examen gynécologique freine un suivi médical régulier.
  • Un problème qui peut avoir des conséquences sur la santé des femmes, de la contraception à la prévention de cancers féminins comme le cancer du col de l’utérus.
  • Mais une culotte, baptisée Imagyne, pourrait aider nombre de patientes à surmonter cette crainte et à ne plus bouder les consultations chez le gynécologue.

Une consultation chez le gynécologue, c’est un passage obligé pour les femmes, et c’est déterminant pour leur santé. C’est lors de ce rendez-vous médical, à programmer tous les dix-huit mois, qu’une femme subit un frottis, qui reste à ce jour le meilleur moyen de dépister le cancer du col de l’utérus. Mais certaines patientes, pudiques et gênées à l’idée de pratiquer des examens pour lesquels elles doivent dévoiler leur intimité, boudent ces consultations, ce qui n’est pas sans risques pour elles. Car aujourd’hui encore, le cancer du col de l’utérus reste le 12e cancer féminin le plus fréquent, et en 2015, il a coûté la vie à 1.092 femmes.

Toutefois, un dispositif récemment inventé pourrait faire disparaître cette crainte de l’examen gynécologique. A l’occasion ce lundi de la Journée mondiale contre le cancer, petit coup de projecteur sur Imagyne, une culotte que l’on pourra bientôt garder durant l’examen et qui pourrait réconcilier les patientes les plus pudiques avec la consultation gynéco.

Ne pas montrer toute son intimité

Se déshabiller, s’allonger, mettre ses pieds sur les étriers et attendre que son examen gynécologique soit fini : quand les femmes ont rendez-vous chez leur gynécologue, nombre d’entre elles ne sont pas des plus à l’aise en pensant au déroulé de la consultation. Au fond pourtant, on le sait bien que notre gynécologue, homme ou femme, voit la même chose à longueur de journée. Sauf que nous, des examens gynécologiques, on n’en passe pas tous les jours. Donc l’exercice, qui nous fait ranger notre pudeur au placard, peut se révéler un peu crispant pour certaines patientes. C’est donc pour elles que Marie Rimbault-Joffard a pensé la culotte Imagyne.

« Comme toutes les femmes, j’ai d’abord été une patiente, et durant mon parcours pour devenir maman, bien que je ne sois pas à la base d’une nature particulièrement pudique, exposer systématiquement mon intimité à chaque examen gynécologique a fini par devenir pesant, raconte à 20 Minutes l’entrepreneuse. J’ai gardé ce souvenir dans un coin de ma tête, mais j’ai eu le déclic fin 2017. A cette période, la parole avait commencé à se libérer autour des violences obstétricales, et lors d’une discussion avec un gynécologue de mon entourage, il m’a expliqué qu’en tant que praticien, il n’avait pas besoin de voir toute l’intimité de sa patiente pour réaliser un examen tel qu’un frottis, un contrôle avec un spéculum ou une échographie endo-vaginale. C’est là qu’est née dans mon esprit l’idée d’une culotte fendue que l’on pourrait garder durant l’examen gynécologique ». Car si « une majorité des femmes sont favorables à la solution du drap posé sur elles durant l’examen, très peu de gynécologues sont équipés », observe la jeune femme, qui voit aussi « une dimension féministe » dans ce projet. « Avec ce dispositif, on offre une solution à l’initiative des femmes, qui pourront choisir de porter cette culotte et se sentir plus rassurée », poursuit-elle.

Un atout santé et bien-être

Car l’invention est loin de répondre à une considération anecdotique. Selon le rapport du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes (HCE) publié en juin dernier, « la non-prise en compte de la gêne éprouvée par les femmes durant les consultations de gynécologie s’apparente à des faits de violences gynécologiques », rappelle l’entrepreneuse. Avec ce moyen permettant de préserver leur pudeur, les patientes les plus pudiques auront ainsi la possibilité de mieux prendre soin de leur santé intime. « A cause de la peur qu’elles ont de passer un examen gynécologique, 33 % des femmes que nous avons interrogées nous ont confié qu’elles négligeaient leur dépistage régulier du cancer du col de l’utérus​, et 15 % négligeaient leur suivi contraceptif, souligne Marie Rimbault-Joffard. C’est donc un enjeu majeur de santé publique ».

Cette culotte pensée pour les patientes représente donc un atout santé, mais aussi une source de bien-être pour les patientes. « L’un des gynécologues qui soutient le projet a soulevé un point intéressant sur le déroulé de l’examen gynécologique qui pourrait être amélioré grâce à Imagyne : quand on est gênée parce que l’on expose son intimité au moment d’un frottis ou de l’insertion du spéculum, on est tellement tendue et crispée que l’examen est douloureux physiquement, explique Marie Rimbault-Joffard. Ce dessous adapté apportera du réconfort aux patientes en préservant leur intimité, donc elles seront plus détendues, et l’examen sera beaucoup moins douloureux pour elles », espère la jeune femme.

Pour l’heure, le projet en cours de développement. Les tests des prototypes de différentes tailles devraient bientôt démarrer. Mais avec le bouche-à-oreille et les premières publications relayant cette création, patientes et professionnels de santé – gynécologues, infirmières et sages-femmes – commencent déjà à manifester leur intérêt pour ce dispositif. « Une première gamme de shorties noirs en tissu, à destination des femmes, devrait voir le jour dans les prochains mois, révèle Marie Rimbault-Joffard. Puis une gamme de modèles jetables sera proposée aux professionnels de santé, qui pourront les mettre à disposition de leurs patientes ».