Sevrage tabagique: La cigarette électronique serait plus efficace que tous les autres substituts nicotiniques

ETUDE Les fumeurs sevrés à l’aide de la cigarette électronique seraient moins nombreux à rechuter que les autres, selon une étude britannique

20 Minutes avec agence

— 

Pour arrêter de fumer, la e-cigarette serait plus efficace que autres substituts nicotoniques (illustration).
Pour arrêter de fumer, la e-cigarette serait plus efficace que autres substituts nicotoniques (illustration). — Joe Raedle Getty

Pour arrêter de fumer, la cigarette électronique​ serait deux fois plus efficace que tous les autres substituts nicotiniques, comme les patchs, les comprimés, les gommes à mâcher et les inhalateurs. C’est la conclusion d’une étude britannique publiée ce mercredi dans la revue New England Journal of Medicine et relayée par Le Figaro.

Ces travaux ont été réalisés sur près de 900 fumeurs par des chercheurs de l’université Queen Mary de Londres, spécialistes de l’addiction au tabac.

Moins de rechutes chez les fumeurs sevrés à l’e-cigarette

Les candidats au sevrage ont été divisés en deux groupes témoins. Pendant trois mois, les fumeurs du premier groupe se sont vus proposer un substitut nicotinique classique. Ceux du second groupe ont reçu une cigarette électronique et une recharge d’e-liquide à la nicotine. Un an après le sevrage, les chercheurs ont constaté que seuls 9,9 % des patients du premier groupe étaient restés abstinents. En revanche, chez les patients sevrés à l’aide de la cigarette électronique, ce chiffre avait quasiment doublé (18 %). « L’e-cigarette s’est révélée plus efficace », concluent les chercheurs britanniques.

Pour les professionnels, l’explication serait d’ordre physiologique. « Avec des dispositifs de dernière génération, la nicotine est délivrée plus rapidement au cerveau et sous forme de pics, comme quand on tire sur sa cigarette », explique le Dr Anne-Laurence Le Faou, présidente de la Société francophone de tabacologie interrogée par Le Figaro.

La cigarette électronique génère une nouvelle dépendance

Considérée comme moins nocive que la cigarette classique, la e-cigarette n’est cependant pas dépourvue de tout inconvénient. « Les utilisateurs de cigarette électronique sont certes plus nombreux à avoir arrêté de fumer, mais ils n’ont pas mis fin pour autant à leur dépendance à la nicotine », rappelle Anne-Laurence Le Faou.

En effet, l’étude britannique démontre que 80 % des ex-fumeurs utilisent encore leur e-cigarette après un an, alors qu’ils ne sont que 9 % à conserver leur substitut nicotinique. Les médecins appellent les consommateurs à la prudence et rappellent que l’on ne connaît pas encore tous les effets à long terme de l’e-cigarette.