VIDEO. Bordeaux: Grâce à cet exosquelette, des patients remarchent

REPORTAGE Le centre de rééducation de la Tour de Gassies teste ce matériel depuis quelques mois…

Clément Carpentier

— 

Adrien équipé de l'exosquelette avec Sophie, sa kiné.
Adrien équipé de l'exosquelette avec Sophie, sa kiné. — Clément Carpentier - 20 Minutes
  • L’exosquelette permet à certains patients de pouvoir remarcher. Cet équipement Le matériel qui tient le patient du ventre aux pieds demande un bon état de forme pour le faire fonctionner.
  • Comme toute innovation, elle reste pour l’instant très cher : 70.000 euros. Et pour l’instant, l’assurance maladie ne prend rien en charge.

« C’est agréable de regarder les gens à leur hauteur. » Quand vous demandez à Adrien ce qu’il a ressenti après son premier essai de l’exosquelette, il ne parle pas de la sensation de marcher mais simplement celle d’échanger les yeux dans les yeux avec ses proches. D’être au même niveau qu’eux. Un bonheur simple mais essentiel pour les patients qui peuvent essayer ce matériel, inventé par un ingénieur israélien, au centre de la Tour de Gassies à Bruges près de Bordeaux.

Un équipement révolutionnaire en pleine évolution

« Au départ, on pensait que c’était un matériel uniquement pour la rééducation et pas pour le quotidien car on ne voulait pas vendre du rêve aux patients », souligne Virginie Massaut, la directrice des soins. En effet, tout le monde ne peut pas encore utiliser l’exosquelette aujourd’hui : « Il faut avoir un bon niveau physique pour trois raisons : le poids [35 kg], la stature verticale à tenir et la capacité à donner une impulsion pour faire un pas », ajoute-t-elle. Le matériel qui tient le patient du ventre aux pieds se déclenche grâce à des capteurs qui ressentent des impulsions données par le patient avec son tronc.

Une utilisation qui demande beaucoup de « concentration et d’effort » à Adrien, victime d’un accident de moto il y a cinq ans. Mais la société Rewalk travaille chaque jour pour tenter d’améliorer son exosquelette. Elle est à l’écoute de tous les patients et du personnel médical. Des retours qui se multiplient grâce au partenariat avec la société Armonie Medical, l’entreprise qui commercialise en France ce matériel. De plus en plus de personnes sont formées à son utilisation dans les centres de rééducation. A la Tour de Gassies, trois patients ont déjà suivi un stage de quatre semaines par exemple.

Un équipement encore très cher

Mais le chemin est encore long. « Aujourd’hui, le produit n’est pas abouti. La vraie révolution, ce sera le jour où on n’utilisera plus les béquilles et que je pourrais tenir debout tout seul », explique Adrien. D’ailleurs, ceux qui l’utilisent au quotidien chez eux de façon autonome en 2019 se comptent sur les doigts d’une main. Au-delà de l’aspect technique et physique, il y a aussi l’aspect financier, non négligeable.

L'exosquelette testé à la Tour de Gassies à Bruges.
L'exosquelette testé à la Tour de Gassies à Bruges. - Clément Carpentier - 20 Minutes

Comme toute innovation récente, elle a un prix. Encore plus dans la médecine. Le premier prix d’un exosquelette aujourd’hui pour un particulier est de 70.000 euros. Et pour l’instant, l’assurance maladie ne prend rien en charge. L’un des patients de la Tour de Gassies, Anthony Estève, a d’ailleurs lancé récemment un crowdfunding « Espoir Rewalk » pour l’aider à financer l’achat de ce matériel car l’objectif final à long terme est bien sûr que celui-ci remplace son fauteuil roulant actuel.