Fumer la chicha favoriserait l'apparition du diabète et de l'obésité

TABAC Une étude avait déjà démontré que fumer le narguilé était plus nocif que fumer la cigarette…

20 Minutes avec agence

— 

Un fumeur de chicha (illustration).
Un fumeur de chicha (illustration). — Pixabay / Ozabot

C’est une mise en garde pour tous les inconditionnels de la chicha. Selon des chercheurs de la Brighton and Sussex Medical School (Royaume-Uni), cette pratique favoriserait l’apparition du diabète de type 2 et serait lié à l'obésité.

Les scientifiques ont étudié un échantillon de 10.000 personnes composé de non-fumeurs, d’anciens fumeurs, de fumeurs de cigarettes et de fumeurs de chicha. Leur conclusion est sans appel. « L’obésité, le syndrome métabolique, le diabète ou encore la dyslipidémie sont des maladies qui étaient toutes associées à la chicha et non à la cigarette », a confié le professeur Gordon Ferns, qui a dirigé l’étude.

Vingt-cinq fois plus de goudron qu’une cigarette

Le chercheur reste cependant prudent sur le lien entre l’utilisation de la chicha et l’obésité ou le diabète. « Il est possible que les toxines contenues dans la fumée stimulent une réponse inflammatoire qui rend les tissus plus résistants aux effets de l’insuline, une hormone régulant le glucose dans le sang. Cependant, Il est également possible que le narguilé soit associé à d’autres comportements sociaux qui entraînent une prise de poids », indique-t-il.

Gordon Ferns alerte donc sur les dangers que représente cette pratique : « L’utilisation de tabacs aromatisés peut être particulièrement attrayante pour les jeunes. Le tabagisme lié au narguilé ne devrait pas être traité différemment que le tabagisme lié à la cigarette ». Une précédente étude, dévoilée en janvier 2016​, mettait déjà en garde contre l’utilisation de la chicha. Elle révélait qu’une seule session de narguilé exposait à 125 fois plus de fumée, 25 fois plus de goudron, 10 fois plus de monoxyde de carbone et 2,5 fois plus de nicotine qu’une cigarette.