«French kiss», levrette, soins intimes... Trois secrets pour retrouver une sexualité épanouie

SEXUALITE Dans « Vital! », son dernier ouvrage en librairie ce mercredi, le Dr Frédéric Saldmann livre les secrets d’une sexualité épanouie…

Anissa Boumediene

— 

Parfois, il suffit d’un petit truc ou d’un conseil avisé pour retrouver le chemin vers une sexualité épanouie.
Parfois, il suffit d’un petit truc ou d’un conseil avisé pour retrouver le chemin vers une sexualité épanouie. — PULSE/SIPA
  • Ce mercredi sort le livre « Vital ! », la nouvelle bible santé du Dr Frédéric Saldmann.
  • Dans son ouvrage, le médecin consacre un chapitre à la sexualité.
  • « 20 Minutes » vous dévoile quelques secrets pour retrouver une vie sexuelle épanouie.

Faire l’amour, s’offrir un quickie, faire un cinq à sept ou une sieste crapuleuse. L’imagerie est foisonnante, mais quand on a une sexualité en berne, faute de désir ou parce qu’un pépin physique nous empêche de profiter des plaisirs de la chair, on n’a plus qu’à ranger son vocabulaire fleuri. Mais il ne faut pas y voir une fatalité. Parfois, il suffit d’un petit truc ou d’un conseil avisé pour retrouver le chemin vers une sexualité épanouie, parce que c’est bon de se faire du bien et qu'une vie sexuelle heureuse rallonge l'espérance de vie en bonne santé. Dans Vital!* (éd. Albin Michel), en librairie ce mercredi, le Dr Frédéric Saldmann, cardiologue et nutritionniste auteur de best-sellers santé, consacre un chapitre de son ouvrage à la sexualité. 20 Minutes vous en dévoile quelques secrets pour que routine, maux de dos et désagréments hormonaux ne gâchent plus votre plaisir.

S’embrasser pour booster son désir

Le petit dernier à récupérer au judo, les courses à faire, la popote à préparer après une journée de boulot bien remplie : la routine du quotidien peut se transformer en rouleau compresseur sur votre désir. Le tout sur fond de charge mentale et de journée organisée au millimètre. Avec tout ça, on prend moins le temps pour le rituel amoureux et ce n’est plus la folie sous la couette. On ne va pas se mentir, il n’existe pas de remède miracle pour retrouver sa libido. Mais un geste simple peut vite faire grimper la température et le désir. Rappelez-vous l’ado que vous étiez et qui passait des heures à embrasser l’élu.e de son cœur. Eh bien c’est le moment de s’en souvenir et de se remettre le cœur à l’ouvrage. Là, on ne parle pas d’un petit smack que l’on se fait pour se dire bonjour, mais du vrai French kiss, ce baiser fougueux qui vous met en émoi. Pourquoi ? Parce que « les lèvres sont dotées de capteurs tactiles ultrasensibles » et disposent à ce titre « d’un potentiel érogène hors du commun. C’est une caresse sensuelle, à la fois tendre et érotique, qui déclenche un feu d’artifice émotionnel », explique le Dr Saldmann.

Certes, « il y a des couples qui fonctionnent très bien – affectueusement et physiquement — sans s’embrasser, cela dépend de ce que l’on aime ou pas, de ses habitudes et de sa culture », souligne Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute. Mais, c’est vrai, « un baiser langoureux et sensuel peut être un formidable moyen de se reconnecter à l’autre. Le baiser alimente le premier chakra, la libido et la zone génitale. Ce dialogue de bouche à bouche appelle un dialogue de sexe à sexe. En s’embrassant, on se sent, on se touche et on se goûte : on établit ainsi une connexion très intime. Le baiser déclenche un cercle vertueux puisque en s’embrassant, on se rapproche, on s’enlace, cela favorise la libération d’ocytocine, l’hormone du bonheur, de l’attachement et de l’amour conjugal. Donc plus on s’embrasse et plus on a envie de se rapprocher de l’autre ». Et pour se laisser consumer au mieux par le feu du baiser, « s’embrasser va de pair avec le fait de regarder l’autre, poursuit la sexothérapeute. Se regarder et s’embrasser, ce sont deux choses que l’on tend à oublier, pourtant c’est fondamental pour réveiller l’amour et la tendresse, et pour faire monter l’excitation. C’est d’ailleurs quelque chose que l’on retrouve dans des rituels tantriques ».

Les positions à privilégier quand on a mal au dos

Souffrir de lombalgie a un impact délétère sur la qualité de vie au quotidien, mais a aussi des effets négatifs jusque sous la couette. « Il existe un lien entre les lombalgies et la sexualité, expose le Dr Saldman. 40 % des sujets souffrant de mal de dos connaissent une baisse de libido. Souvent, les sujets qui souffrent de lombalgies chroniques ne font plus l’amour pendant des mois, ce qui éteint progressivement la libido ». Pourtant, pas besoin de renoncer aux plaisirs du sexe quand notre dos nous fait souffrir.

Que l’on soit un homme ou une femme, il suffit d’adopter une position qui permettra de se faire du bien sans risquer de se faire mal. Pour les hommes, « la position à adopter pour bien ménager son dos est la levrette », prescrit le Dr Saldmann. Pour les femmes souffrant de lombalgie, « la levrette est aussi le bon choix », poursuit le médecin, à condition toutefois de prendre appui « sur les mains et non sur les coudes. Sinon, la petite cuillère peut s’avérer aussi une bonne position ».

Comment conserver un vagin jeune même après la ménopause

Avec les années, le corps vieillit, et avec la ménopause, le vagin subit lui aussi les effets du temps qui passe. Ce changement hormonal, qui survient généralement à la cinquantaine, se traduit par une sécheresse et une atrophie vaginale, une perte d’élasticité et une moins bonne lubrification, ce qui n’est donc pas sans impact sur la sexualité. Or, « moins les zones génitales sont stimulées, plus ces effets s’accentuent », alerte le Dr Saldmann. « C’est un sujet qui se soulève à la ménopause : des femmes qui ont toujours eu jusque-là une sexualité épanouie observent et subissent un fléchissement dans leur épanouissement sexuel, observe le Dr Marie-Claude Benattar, gynécologue et auteure du Petit manuel de soins intimes pour les femmes (éd. Josette Lyon). Ce fléchissement ne vient pas du clitoris, mais de leur organe interne, le vagin, qui est plus lent à démarrer, ce qui perturbe leur quête d’atteindre l’orgasme simultanément avec leur partenaire ».

Pour remédier à ces désagréments causés par la ménopause, le Dr Saldmann prescrit une méthode audacieuse : recourir au vibromasseur, qui aurait de nombreux bienfaits. Il génère « une stimulation de la circulation de cette région pelvienne, mais aussi celles des nerfs qui transmettent les sensations sexuelles », assure le médecin. Avec cette pratique, le vagin est « mieux irrigué et mieux stimulé, gagne en jeunesse et en souplesse ». Certes, utiliser un sex-toy « peut être une source de plaisir et permet de se stimuler sexuellement, ce qui est bénéfique que l’on soit en couple ou célibataire », abonde le Dr Benattar, qui souhaite toutefois compléter cette prescription. « Si une femme ménopausée souffre de sécheresse vaginale, recourir à un sex-toy ne résoudra pas tout seul des problèmes qui ont une origine hormonale. Oui, un sex-toy peut être fantastique, mais son utilisation, pour être une source optimale de plaisir, peut s’accompagner d’autres méthodes ». Aujourd’hui, « des produits – pas forcément à base d’hormones d’ailleurs- permettent de retrouver confort et hydratation au niveau de son vagin, rassure la gynécologue. Ovules, crèmes et autres traitements à base d’acide hyaluronique offrent une nouvelle jeunesse à son intimité ».

Vital ! Votre bible santé, éditions Albin Michel, en librairie le 9 janvier, 19,90 euros.