Le risque d'infarctus augmente le soir du réveillon de Noël, avec un pic à 22 heures

ETUDE Une étude suédoise a mis en évidence une explosion de 37 % des cas d'infarctus au moment de Noël...

20 Minutes avec agence

— 

Le risque d'infarctus augmenterait à Noël notamment à cause des excès liés à l'alcool ou l'alimentation.
Le risque d'infarctus augmenterait à Noël notamment à cause des excès liés à l'alcool ou l'alimentation. — Jill111/Pixabay/Creative Commons.

Bonne année, et surtout bonne santé. La période des fêtes serait mauvaise pour notre cœur, à en croire les conclusions peu réjouissantes d’une étude suédoise publiée le 12 décembre dans le British Medical Journal et relayée ce mercredi par Le Figaro.

Selon les chercheurs des universités de Stockholm, Uppsala, Lund et Orebro, le risque d’infarctus du myocarde, ou « crise cardiaque », augmenterait le jour de Noël de 37 %. On noterait même un « pic » d’infarctus dans la soirée, aux alentours de 22 heures.

Deux pics d’infarctus à Noël et Nouvel an

Pour parvenir à cet inquiétant résultat, les scientifiques ont épluché la base de données nationale SwedeHeart, qui recense les dossiers médicaux de 283.000 patients admis à l’hôpital pour un infarctus du myocarde entre 1998 et 2013.

En étudiant ces données, les chercheurs ont mis en évidence une augmentation générale de 15 % des accidents cardiaques au moment des fêtes de Noël et du Nouvel an. Ils ont identifié deux pics d’infarctus, le 24 décembre donc (+37 %) mais aussi le 1er janvier (+20 %).

Le stress de la période des fêtes

Plusieurs hypothèses seraient susceptibles d’expliquer ce phénomène. A commencer par le stress, bien présent en cette période mouvementée de l’année. Les scientifiques pointent également du doigt les excès liés « à l’alcool ou l’alimentation » et « à l’exposition aux températures froides et au manque de sommeil ».

Enfin, ils recommandent une vigilance toute particulière envers les personnes âgées. « L’association d’un risque accru à Noël est plus prononcée pour les personnes âgées de plus de 75 ans, celles qui ont un diabète connu ou une maladie coronarienne », concluent-ils.

Des signaux d’alerte parfois discrets

L’infarctus du myocarde fait chaque année près de 18.000 victimes en France, selon l’Inserm. Il se manifeste par des signes typiques, comme une douleur aiguë dans la poitrine qui peut irradier vers le bras gauche, la mâchoire ou le dos. On peut également observer un malaise, des nausées accompagnées ou non de vertiges.

Rappelons enfin que les symptômes de la crise cardiaque sont plus discrets chez la femme. Selon la Fédération Française de cardiologie, près de la moitié des femmes victimes d’un infarctus n’ont pas eu les symptômes classiques annonciateurs de la pathologie. Homme ou femme, au moindre doute, n’hésitez pas à contacter le 15.