Toulouse: En pleine épidémie de bronchiolite, les urgences pédiatriques saturent

SANTE Les urgences de l’hôpital des enfants du CHU de Toulouse enregistrent une hausse de fréquentation de 10 % par rapport à décembre 2017, déjà saturées à l’époque…

Beatrice Colin

— 

Les urgences de l'hôpital des enfants du CHU Purpan.
Les urgences de l'hôpital des enfants du CHU Purpan. — B. Colin / 20 Minutes
  • Face à la hausse de 10 % de l’activité des urgences pédiatriques par rapport à décembre 2017 en raison d’une épidémie de bronchiolite, le CHU de Toulouse lance un appel pour rappeler les bonnes pratiques auprès des parents.
  • Le virus se transmet par la toux, les baisers ou au contact des mains.
  • « Cette année, la particularité est l’accueil de nombreux enfants de moins d’un mois », indique la direction de l’hôpital.

Dans les allées des urgences pédiatriques de l’hôpital Purpan, depuis plusieurs jours des parents attendent parfois plusieurs heures pour que leur bébé soit examiné. Comme près de 30 % des enfants de moins de 2 ans chaque année, soit un peu plus de 400.000 cas en France, ils sont victimes de l’épidémie de bronchiolite.

En raison de ces pathologies respiratoires, particulièrement virulentes, le CHU de Toulouse enregistre une arrivée massive de nouveau-nés et de nourrissons aux urgences de l’hôpital des enfants.

« La fréquentation quotidienne des urgences pédiatriques est de 200 à 220 patients contre 140 à 150 habituellement. Elles enregistrent une hausse de 10 % du nombre d’enfants accueillis comparé à décembre 2017. Cette année, la particularité est l’accueil de nombreux enfants de moins d’un mois », indique une porte-parole de la direction.

L’an dernier, après avoir attendu 9 heures aux urgences, une mère de famille avait lancé une pétition pour demander une amélioration du temps de prise en charge. Cette année, une trentaine de lits supplémentaires ont été ouverts pour faire face à cette recrudescence.

Permanence au 39 66

Pour éviter la saturation, le CHU de Toulouse lance un appel pour rappeler les bonnes pratiques pour limiter la propagation de ce virus qui se transmet par la toux, les baisers ou au contact des mains.

En cas de rhino-pharyngite ou de toux, il est donc conseillé d’éviter les visites aux nouveau-nés et de limiter les contacts et de se laver fréquemment les mains.

Il est préconisé d’éviter de déplacer les bébés dans les lieux publics. S’ils ont de la fièvre il est nécessaire de les hydrater régulièrement. S’ils mangent moins et ont une gêne respiratoire, il ne faut pas attendre pour consulter son médecin traitant ou son pédiatre.

En cas de difficultés à joindre son praticien, notamment les soirs et week-ends, à Toulouse il est possible de contacter SOS Médecins 24h/24 au 05 61 33 00 00.

Une permanence des soins est aussi assurée en dehors des heures de bureau par téléphone au 39 66. Ce dispositif « allô Docteur », opérationnel après 20 heures, permet d’avoir en ligne un médecin qui évaluera la situation et trouvera une solution adaptée à chaque problème de santé.

Ce dernier peut amener les parents à être orienté vers un médecin de garde ou une maison médicale de garde. Si la situation s’aggrave pour le bébé il faut composer le 15 ou le 112 depuis un téléphone portable.