Nouvelle-Calédonie: Manque d'hygiène des fournisseurs aux cantines scolaires, selon l'Anses

ENQUÊTE L’Anses pointe des défaillances dans toute la chaîne de restauration des écoles…

20 Minutes avec agence

— 

Un enfant déjeune dans une cantine (illustration).
Un enfant déjeune dans une cantine (illustration). — G. Varela / 20 Minutes

Moisissures, chariots sales, non-respect des dates de péremption : les résultats de l’audit dans des écoles de Nouvelle-Calédonie sont inquiétants. L’enquête avait été commandée par le gouvernement après des soupçons d’intoxication alimentaire dans une dizaine d'établissements du Grand Nouméa.

Le rapport de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) pointe un manque d’hygiène à tous les niveaux de la chaîne. Newrest, le fournisseur de repas, ses prestataires ainsi que les cantines elles-mêmes sont tous concernés, rapporte FranceInfo.

Un protocole en cas de soupçon d’intoxication

Selon le rapport, la moitié des 12 cas d’intoxication alimentaire à l’origine de l’enquête sont avérés. Ils ont été provoqués par un taux anormalement élevé de microbes. Dans les cantines, des employés avaient signalé des caisses de yaourts entreposés dans un local à poubelle, des joints de frigo sales, des traces du passage de rats et de souris.

L’Anses a émis plusieurs recommandations, comme la mise aux normes complète des locaux de Newrest. Les travaux devraient débuter fin décembre. Les autorités sanitaires locales ont aussi été fermement invitées à mettre en place un protocole spécifique en cas de suspicion d’intoxication alimentaire.

Le gouvernement a assuré que tous les acteurs « ont déjà mis en place des actions d’amélioration pour répondre aux premières recommandations ». Il a conclu que ses « services continueront d’exercer un contrôle assidu de la mise en œuvre des recommandations émises par les experts, afin que la confiance soit pleinement restaurée auprès des enfants et des parents d’élèves pour la rentrée scolaire 2019 ».