Strasbourg: Avec son «trauma center», l'hôpital de Hautepierre fait un «bond dans le futur»

INFRASTRUCURES Visite de «Hautepierre 2», l'extension de l'hôpital de Hautepierre à Strasbourg, avant son ouverture au public...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: Avec son «trauma center», l'hôpital de Hautepierre fait un «bond dans le futur»
Strasbourg: Avec son «trauma center», l'hôpital de Hautepierre fait un «bond dans le futur» — A. Ighirri / 20 Minutes
  • « Hautepierre 2 » c'est une extension moderne sur 40.000m² à l’arrière de l’actuel hôpital situé dans le quartier de Hautepierre de Strasbourg.
  • Elle va devenir le lieu unique pour la prise en charge dans les domaines maxillo-faciale, orthopédiquee et de la traumatologie. Un véritable « trauma center », dixit Christophe Gautier, le directeur général des Hôpitaux universitaires de Strasbourg.
  • Un plateau technique dernier cri qui servira également à l’actuel hôpital de Hautepierre (sauf pédiatrie) et à l’Institut régional du cancer qui ouvrira juste à côté courant 2019.

Les Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) le présente comme le projet le plus ambitieux depuis la mise en service du Nouvel hôpital civil il y a une dizaine d'années. Un projet nommé « Hautepierre 2 ». Derrière ce nom de code : l’extension moderne sur 40.000m² à l’arrière de l’actuel hôpital strasbourgeois situé dans le quartier de Hautepierre.

L'entrée de «Hautepierre 2» à Strasbourg.

Ce qui va permettre aux HUS de poursuivre leur dynamique de regroupement sur ses deux principaux sites, à savoir l’hôpital civil et Hautepierre donc, après l’abandon progressif de celui d’Illkirch et de bâtiments au centre-ville. Avec la conséquence de regrouper aussi les disciplines. Ainsi « Hautepierre 2 » va devenir le lieu unique pour la prise en charge dans les domaines maxillo-faciale, orthopédiquee et de la traumatologie, avec un espace dédié à SOS Mains en prime. Un véritable « trauma center », dixit Christophe Gautier, directeur général des HUS, qui va permettre « la prise en charge combiné des patients, lesquels peuvent difficilement se déplacer ».

Un plateau technique dernier cri mutualisé

Côté outils, les professionnels vont avoir accès à 32 nouvelles salles d’opération et un service d’imagerie de pointe. Un plateau technique dernier cri qui servira également à l’actuel hôpital de Hautepierre (sauf pédiatrie) et à l’Institut régional du cancer qui ouvrira juste à côté courant 2019. « On va pouvoir mettre en place une stratégie de site pour le traitement du patient souffrant d’un cancer », souligne alors Jean-Marie Danion, président de la Commission médicale d’établissement des HUS.

Dans les faits, à quoi ressemble un bloc opératoire moderne ? « Tout est suspendu, aucun appareil n’est au sol. Il y a des écrans partout sur lesquels on peut consulter simultanément toutes les informations sur le patient. Il y a aussi un éclairage de dernière génération : on peut jouer sur tous les critères de luminosité, si on préfère une lumière bleue ou jaune, ou du spectre lumineux », décrit Pr Philippe Clavert, chef du service orthopédie. Il y a aussi la lumière naturelle grâce à de grandes fenêtres avec vue sur Strasbourg : « Ça diminue le stress péri-opératoire, alors qu’on sait qu’il peut avoir des conséquences sur le patient », poursuit le professeur. Lui est en tout cas ravi de déménager dans cette extension : « On a fait un bon dans le futur, parce qu’on a aussi dû imaginer ce que sera l’hôpital pour les 20 prochaines années. Ça va être agréable. Je dis agréable par politesse, mais en fait ça va être génial ! »

Un plafond innovant dans les chambres

Un travail a aussi été mené sur les chambres d’hospitalisations. Le bâtiment de huit étages compte 168 lits dont 144 chambres individuelles, qui « répondent aux meilleurs standards hôteliers », selon Christophe Gautier. Elles aussi sont lumineuses avec de grandes fenêtres (certaines ont même une vue sur la cathédrale). La principale innovation technique réside dans le plafond rayonnant qui régule la température de la pièce, sans système – souvent bruyant — de soufflerie.

Financé par les HUS (155,2 millions d’euros), « Hautepierre 2 » sera fonctionnel à partir du 14 janvier 2019. Le public pourra néanmoins le visiter lors d’une journée portes ouvertes le 16 décembre.