Affaire Levothyrox: L'ancienne formule sera disponible en 2019 pour les malades

PHARMACIE Moins de 50.000 boîtes seront mises à disposition par mois, selon les laboratoires Merck...

20 Minutes avec AFP

— 

A Lille, le 29 octobre 2017 - Illustration d'une boite de médicaments Levothyrox.
A Lille, le 29 octobre 2017 - Illustration d'une boite de médicaments Levothyrox. — Gilles Durand / 20 Minutes

Un soulagement provisoire pour les malades ? Le laboratoire Merck va poursuivre la mise à disposition de l'ancienne formule du Levothyrox pour les patients français qui disposent d’une ordonnance « tout au long de l’année 2019 », a indiqué à l’AFP Valérie Leto, pharmacien responsable de Merck France.

Moins de 50.000 boîtes seront mises à disposition par mois, un volume qui correspond « aux volumes mis à disposition en 2018 » et aux « besoins des patients », selon Valérie Leto. La responsable Merck France a insisté sur le caractère « transitoire » de cette période « qui doit permettre aux patients de trouver une solution alternative pérenne ».

Des médicaments importés depuis l’Europe

Le tribunal de grande instance de Toulouse a limité lundi l’obligation de mise à disposition de l’ancienne formule du Levothyrox (Euthyrox) à une durée de trois mois à compter du 1er janvier 2019 pour 39 patients. Le laboratoire a étendu cette possibilité à tous les patients munis d’une ordonnance pourront se fournir en 2019.

Le laboratoire affirme répondre à une demande de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui a listé fin octobre cinq solutions pérennes pour les patients souffrant de troubles de la thyroïde et affirmé évaluer « d’autres spécialités princeps ou génériques » pour « la diversification de l’offre thérapeutique ». Une mesure saluée par les associations, qui trouvent toutefois qu’elle ne va pas assez loin. C’est « une bouffée d’air pour les patients qui ne supportent pas la nouvelle formule mais [ça] ne résout par le problème », a réagi mardi l’association « Vivre sans thyroïde ».

Un problème toujours pas résolu

« Cela reporte le problème. Ce qu’il faudrait, c’est une pérennité des deux formules côte à côte », a indiqué à l’AFP Beate Bartès, présidente de cette association. « Ce qui n’est toujours pas résolu, c’est que personne n’a pour l’instant d’explication des effets indésirables de la nouvelle formule, c’est un peu laissé de côté du côté de Merck, on n’a pas l’impression, à part du côté des associations, qu’on cherche à comprendre », dénonce-t-elle.

L’ancienne formule du Levothyrox est importée d’Allemagne, puisque Merck ne dispose pas d’autorisation de mise sur le marché français pour l’Euthyrox mais seulement d’autorisations d’importations. En Allemagne, la nouvelle formule remplacera l’ancienne au cours du premier semestre 2019 mais Merck s’engage à continuer à fournir l’ancienne formule aux patients français en 2019 « à partir d’importations d’autres pays européens », a précisé Valérie Leto.