Violences médicales: «La prise de pouvoir de l’informatique dégrade la relation patient-médecin»

INTERVIEW Philippe Baudon, médecin généraliste, publie jeudi 8 novembre un essai dans lequel il attaque vivement le manque de temps, d’écoute et d’empathie de certains médecins…

Propos recueillis par Oihana Gabriel

— 

Illustration d'un médecin derrière son ordinateur.
Illustration d'un médecin derrière son ordinateur. — Pixabay
  • Philippe Baudon est passé de l’autre côté de la médecine quand il diagnostique une tumeur cérébrale rare et agressive chez son épouse.
  • Pendant plusieurs mois, il épaule celle-ci et découvre l’enfer des patients, qui pour certains se heurtent à la froideur et au manque de dialogue et de délicatesse des médecins.
  • Voilà pourquoi il a décidé de publier un livre ce jeudi, Médecin, Lève-toi ! pour dénoncer mais aussi proposer des pistes pour remettre de l’humain dans la médecine d’aujourd’hui.

Passer de soignant à aidant. Un chemin que certains praticiens peuvent être amenés à parcourir quand un proche tombe gravement malade. C’est le cas de Philippe Baudon, médecin généraliste retraité, qui a accompagné son épouse depuis le diagnostic de sa tumeur cérébrale jusqu’à son dernier soupir. Cette descente aux enfers n’a pas toujours été allégée par les médecins hospitaliers qui ont suivi son épouse. Au point que Philippe Baudon a décidé de prendre la plume pour raconter le manque d’empathie de certains médecins. Son livre Médecin lève-toi !* publié ce jeudi ne manquera pas d’agacer les médecins hospitaliers, qui souffrent aussi d’injonctions contradictoires, de manque de temps. Une réalité que Philippe Baudon ne nie pas. Mais il insiste sur la nécessité de renouer le dialogue entre soignants et patients. Et entre ville et hôpital.

Portrait de Philippe Baudon, généraliste retraité qui critique le manque de dialogue et de temps que certains médecins consacrent à leurs patients.
Portrait de Philippe Baudon, généraliste retraité qui critique le manque de dialogue et de temps que certains médecins consacrent à leurs patients. - Editions nymphéas

Qu’est-ce qui vous a poussé, vous médecin, à publier ce livre-coup de gueule ?

Pendant la maladie de ma femme, j’ai vu une misère humaine que je ne soupçonnais pas. J’ai rencontré des médecins qui prennent des patients pour des numéros. J’ai décidé d’écrire ce livre le jour où un praticien hospitalier a dit à mon épouse : « Si dans six mois vous êtes là, vous ferez partie des 5 % de survivants ». Même si c’est vrai, un médecin ne devrait jamais formuler les choses ainsi. J’ai pensé qu’il fallait que je m’investisse pour dénoncer ce que je vivais et qui n’était pas normal. Car j’ai d’autres exemples de comportements déplacés de la part de personnels soignants. Ce que je raconte aussi, c’est l’effet positif qu’on peut parfois avoir. En découvrant le visage angoissé des patients dans la salle d’attente, je leur ai proposé de me poser des questions. Une véritable chaîne humaine entre patients s’est créée et ils ont été beaucoup mieux après cette initiative.

Mais est-ce que votre expérience personnelle est généralisable ?

J’aurais des dizaines de cas à raconter, mais mon livre aurait fait 500 pages… On a des médecins toxiques et de très bons médecins. Le chirurgien qui a opéré mon épouse était très humain. Quand elle a été hospitalisée, il venait la voir trois fois par jour. Et il y a des médecins fantômes qui s’occupent davantage de leurs publications que de leurs patients. Le problème, c’est que le malade, qui n’a pas choisi d’être malade, quand il n’y a pas de dialogue, il souffre énormément. Or, je pense que le psychique joue beaucoup dans l’état de santé d’un malade.

Vous posez la question très compliquée de la sincérité du médecin : un soignant doit-il tout dire à son patient ?

L’expérience montre que les gens ont besoin de connaître la vérité, mais qu’ils ne veulent pas l’entendre. Moi j’ai toujours répondu : « La médecine évolue tous les jours, on va tout faire pour que vous alliez mieux ». Le problème est aujourd’hui juridique : si le médecin ne dit pas au malade ce qu’il a, il peut être attaqué en justice. Cette sincérité sans ménagement, c’est une protection. Le problème, c’est comment la dire, cette vérité. Il doit y avoir un sixième sens du soignant, qui en fonction du patient, va gérer l’information pour qu’elle soit saine. Un médecin ne doit jamais oublier qu’il a face à lui une personne en souffrance, et qu’il a un rôle : le sécuriser pour mieux soigner.

Cela fait des mois qu’on entend parler de violences médicales, est-ce que vraiment la pratique de la médecine a changé ou est-ce qu’on a plus les moyens et l’envie de les dénoncer ?

Non, je pense qu’on a gagné en technicité et perdu en humanité. On fait des scanners, des examens, mais on fait moins preuve d’intelligence. Quand vous voyez que les consultations médicales avant une chimio durent entre 3 et 6 minutes, cela signifie qu’il n’y a pas de dialogue. C’est ce que ressentent les patients. Il y a aussi un problème d’organisation, de hiérarchie au sein des hôpitaux qui s’est dégradé. Et évidemment un manque de temps. Le médecin libéral a trop de tâches : la comptabilité, la gestion des stocks. Quelles conséquences ? Il réduit son temps de consultation. De même, le médecin hospitalier souffre de cette pression de publier absolument, des réunions sans fin…

Pourquoi la communication est-elle si importante pour un médecin ?

Par le dialogue, combien de fois je me suis rendu compte qu’un problème bénin ne méritait ni hospitalisation, ni radio. Aujourd’hui, on a remplacé le « Bonjour » par « Avez-vous votre carte vitale ? ». Combien de patients m’ont dit que tel médecin ne les regarde pas, mais reste derrière son ordinateur ? La prise de pouvoir de l’informatique dégrade la relation patient-médecin. La façon dont le malade se déplace, s’assoit, dont il regarde le médecin nous livre pourtant beaucoup d’informations.

Illustration d'un médecin derrière son ordinateur.
Illustration d'un médecin derrière son ordinateur. - Pixabay

 

Le numérique n’est pas forcément un frein à la communication entre patient et soignant, avec le dossier médical partagé par exemple, la collaboration entre professionnels de santé, que vous montrez comme essentielle pour bien soigner, peut être améliorée non ?

Oui, mais encore faut-il appuyer sur le bouton ! L’informatique est un outil génial, mais il faut la volonté de communiquer et donc de dépasser les blocages et les jalousies entre services, entre hôpital et ville….Simple exemple : mon épouse a eu un traitement interdit par le labo. Je n’ai jamais reçu de courrier expliquant le choix de ce médicament, alors que j’étais son médecin traitant. Quand un médecin généraliste arrive dans un hôpital, il a de moins en moins accès à l’équipe hospitalière. Si on met en place une solidarité entre médecins, le patient sera mieux soigné et moins cher. Un médecin, qu’il travaille à l’hôpital ou en ville, reste un médecin.

Justement, vous citez tout au long du livre le serment d’Hippocrate, qui insiste sur la « confraternité qui impose un vrai esprit de corps, un soutien et une confiance entre médecins », ne bafouez-vous pas cette obligation avec ce livre ?

Non. Il ne faut pas hésiter à dire les choses vraies. Tous les collègues autour de moi m’ont dit qu’ils étaient d’accord sur ce constat. Un constat qui, en outre, a des conséquences. Aujourd’hui, certains médecins libéraux sont agressés car cette relation de confiance entre soignant et patient est mise à mal. La Sécu nous impose des injonctions permanentes qui diminuent notre liberté : il ne faut plus prescrire ce type de médicament, diminuer les arrêts maladie… Si j’ai choisi comme titre « Médecin lève-toi », c’est parce que je pense que le médecin de terrain, généraliste ou spécialiste, doit avoir la force de dire aux collègues, on travaille ensemble pour que le patient puisse être en confiance et donc avoir un rôle positif dans sa guérison.

Avant vous, un autre médecin a lancé un cri d’alerte, Martin Winckler avec les Brutes en blanc il y a deux ans, très critiqué d’ailleurs, qu’apportez-vous de plus avec ce cri d’alerte ?

Mon livre est plus soft. Il n’y a pas uniquement des brutes en blanc, et d’ailleurs pas autant qu’on l’imagine ! Mais certains abusent de leur statut et n’ont rien à perdre. Si un patient se plaint d’un médecin hospitalier, ça va directement à la poubelle. Ce n’est plus possible. La malveillance peut avoir des conséquences. En fait, si le médecin traitant était valorisé par la Sécu, si le médecin hospitalier avait plus d’intimité avec ses patients, si on arrivait à travailler en équipe, alors on aurait gagné.

* Médecin, Lève-toi, 8 novembre 2018, Editions Nymphéas, 14,90 euros.

A lire aussi :