Bébés nés sans bras: Onze cas suspects supplémentaires identifiés dans l'Ain

ENQUETE Ces 11 cas suspects s'ajoutent aux sept cas signalés jusqu'ici...

20 Minutes avec AFP

— 

Image d'illustration d'un bébé.
Image d'illustration d'un bébé. — C. Delahaye / Sipa

Onze cas supplémentaires d’enfants nés avec une malformation des membres supérieurs ont été identifiés dans l'Ain entre 2000 et 2014 d’après les données hospitalières, a annoncé l'agence Santé Publique France ce mardi. Ces onze cas suspects s’ajoutent aux sept cas signalés par le registre Remera (Registre des malformations congénitales en Rhône-Alpes), précise à l’AFP François Bourdillon, directeur général de l’agence sanitaire.

Le 8e cas d’un enfant né en 2012, signalé lundi par le registre Remera, figure parmi les 11 nouveaux cas suspects qui doivent encore être validés. Ainsi sur la base de données hospitalière PMSI, dans le département de l’Ain, l’agence sanitaire a repéré entre 2000 et 2008, sept cas suspects et entre 2009 et 2014, quatre cas suspects supplémentaires, dont a priori le cas rapporté par Remera. Ce qui porte le total à 18 cas.

Concours de circonstances

Des investigations complémentaires sont en cours, ajoute l’agence, qui rappelle que « la réalisation d’enquêtes rétrospectives, plusieurs années après la naissance, sera complexe ». Dans une critique du registre Remera, l’agence rappelle l'« importance de disposer d’un registre fiable, rigoureux, scientifique et adossé à des équipes hospitalo-universitaires et au système européen de surveillance Eurocat ».

La scientifique responsable du Remera, Emmanuelle Amar, avait confirmé mardi à l’AFP l’existence d’un 8e cas dévoilé par le quotidien Le Monde, expliquant qu’un « concours de circonstances bien fâcheux », à savoir un défaut de dossier médical informatisé dans la maternité où est né le garçon en 2012, expliquait qu’il ait échappé au registre.