Qu'est-ce que le virus du Nil occidental, qui a entraîné restrictions et tests pour les dons du sang?

VIRUS Dans le sud de la France, une vingtaine de contaminations humaines au virus du Nil occidental ont conduit les autorités prendre des mesures pour éviter tout risque de transmission interhumaine du virus par voie sanguine…

Anissa Boumediene

— 

Le virus du Nil occidental est principalement transmis à l'homme par le moustique.
Le virus du Nil occidental est principalement transmis à l'homme par le moustique. — Gerard Lacz / Rex Featu/REX/SIPA
  • Une vingtaine de personnes ont contracté le virus du Nil occidental dans le sud de la France.
  • Il s’agit d’un virus principalement transmis par les moustiques, mais une transmission interhumaine serait possible par la voie de transfusions sanguines.
  • Pour éviter ce risque, l’Etablissement français du sang a pris des mesures pour sécuriser les dons du sang.

Vous avez l’habitude de donner votre sang et avez séjourné dans le sud de la France ces dernières semaines ? Eh bien l’Etablissement français du sang (EFS) devra momentanément se passer votre sang. Pourquoi ? A cause de la fièvre du Nil, ou West Nile virus en anglais, qui sévit dans la région.

Une vingtaine de cas d’infection à ce virus du Nil occidental, qui est principalement transmis par les moustiques, ont été identifiés dans les Alpes-Maritimes et le Vaucluse en deux mois, a annoncé lundi l’Agence régionale de santé (ARS). C’est pourquoi le don de sang est restreint pour les personnes qui ont séjourné au moins une nuit dans le sud de la France. « Des mesures de sécurisation des dons de sang et d’organes dans les Alpes-Maritimes et le Vaucluse ont temporairement été mises en œuvre par l’Etablissement français du sang et l’Agence de biomédecine », a déclaré l’EFS.

Comment attrape-t-on le virus du Nil occidental et où sévit-il ?

« Le West Nile virus est à l’origine un virus africain qui a pour la première fois été isolé en Ouganda, dans la vallée du Nil, d’où son nom, explique à 20 Minutes Anna-Bella Failloux, entomologiste à l’Institut Pasteur. Il est arrivé en Europe par la voie des moustiques les plus répandus, les Culex, qui se contaminent en piquant des oiseaux migrateurs infectés. Ensuite, le virus, contenu dans l’estomac du moustique, passe dans son corps tout entier, jusque dans ses glandes salivaires. Ainsi, si une femelle moustique infectée pique un homme, il lui transmet le virus. Toutefois, l’homme est une impasse parasitaire : s’il est contaminé, il va généralement développer une charge du virus assez faible pour ne pas contaminer un moustique qui le piquerait, ajoute l’entomologiste. Mais il y a un risque de transmission interhumaine du virus par la voie de transfusions sanguines, d’où l’intérêt des mesures de précautions qui ont été prises par l’EFS ».

« Depuis la première semaine d’août, 24 cas d’infections humaines au virus du Nil occidental ont été identifiés dans l’arc méditerranéen, a indiqué ce lundi le Dr Christophe Besiers, membre de l’EFS. Le premier cas humain a été détecté début août dans les Alpes-Maritimes », puis des cas ont été également identifiés « dans le Vaucluse, puis la Corse, les Bouches-du-Rhône et le Var. Et la semaine dernière, un cas a été détecté dans les Pyrénées-Orientales » précise le Dr Besiers.

D’après le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), 25 personnes sont mortes des suites du virus en Italie, Roumanie et Grèce fin septembre. « Le virus est très présent dans le sud de l’Europe, confirme Anna-Bella Failloux, notamment en Roumanie ».

Quels sont les symptômes de la fièvre du Nil ?

« Dans au moins 80 % des cas, l’infection humaine est asymptomatique, rassure l’entomologiste Anna-Bella Failloux. Parfois, la maladie se manifeste par un syndrome grippal, avec de la fièvre, des céphalées, voire des douleurs musculaires et, plus rarement, par une éruption cutanée ».

Plus rarement, elle peut provoquer des complications neurologiques graves. Ainsi, parmi la vingtaine de cas recensés dans le sud de la France, trois personnes atteintes d’une forme neuro-invasive du virus ont dû être hospitalisées, et sont en voie de guérison, a précisé l’ARS dans un communiqué.

« A ce jour, il n’existe ni vaccin ni traitement spécifique pour le virus du Nil occidental », ajoute Anna-Bella Failloux.

Quelles sont les conditions de restriction de dons du sang liées au West Nile virus ?

Les personnes qui ont passé au moins une nuit dans les zones touchées - Alpes-Maritimes, Vaucluse, Corse, Bouches-du-Rhône, Var et Pyrénées-Orientales - ne peuvent pas donner leur sang pendant 28 jours, délai au bout duquel le virus n’est plus présent dans le sang. Il n’y a en revanche pas de restriction pour les donneurs résidant dans les régions touchées. « Les donneurs de la région sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et de la Corse peuvent continuer à donner leur sang sur l’ensemble des collectes des régions PACA - Corse, Occitanie, Auvergne et des départements de la Loire, de La Drome et de l’Ardèche - , grâce aux tests réalisés sur l’ensemble des poches », a déclaré sur Twitter Jacques Chiaroni, directeur de l’EFS Provence-Alpes-Côte d’Azur et Corse. « Ces mesures sont appliquées et maintenues au fur et à mesure que les cas ont été connus, département par département et ce jusqu’à fin novembre », précise le Dr Besiers.

Chaque année, le don de sang est restreint pour ceux qui reviennent d’un des pays où sévit ce virus. « Mais c’est la première fois que l’on a une épidémie de cette ampleur », ajoute le Dr Besiers, relevant que deux habitants du sud de la France qui ont fait une complications neurologiques se remettent aujourd’hui. « Par contre dans d’autres pays comme la Grèce et l’Italie, il y a eu des décès, donc c’est une maladie potentiellement grave. »

En revanche, il n’y a pas eu de décès lié au virus du Nil occidental en France, selon le Dr Besiers. « A ce jour, nous n’avons eu qu’un cas détecté par le test (chez un donneur) dans les Alpes-Maritimes (inclus dans les 24 cas) », poursuit-il ajoutant que globalement, il n’y a « pas de problème » pour assurer l’approvisionnement en produits sanguins.

Faut-il craindre une épidémie de virus du Nil ?

Le moustique Culex, principal vecteur du virus, « est présent en forte densité dans les villes, c’est celui que l’on retrouve jusque dans le métro, décrit Anna-Bella Failloux, de l’Institut Pasteur. Il pique essentiellement la nuit, ajoute-t-elle. Mais il doit entrer en hibernation dans les prochaines semaines : et, s’il n’y a pas de moustiques, alors il n’y a pas de virus ».

En attendant, les principes fondamentaux de précaution sont de mise : « les moustiques pullulent dans les eaux stagnantes, il est donc important d’éliminer les gîtes larvaires, comme les pots de fleurs, les soucoupes sous les pots de fleurs et l’eau des gouttières, conseille l’entomologiste. Et si l’on vit dans l’une des régions touchées, on peut au besoin se protéger en installant des moustiquaires aux fenêtres ».

Avec les températures assez douces, les moustiques pourraient être actifs jusqu’au mois de décembre.