Grippe: La vaccination des personnes à risque et des soignants encore insuffisante

PREVENTION « En se faisant vacciner eux-mêmes, non seulement les professionnels de santé montrent l’exemple, mais surtout, ils protègent leurs patients », a estimé Agnès Buzyn…

20 Minutes avec AFP

— 

Si la campagne annuelle de vaccination contre la grippe cible les plus de 65 ans et les personnes à risques, des adultes en bonne santé âgés de 20 à 60 ans font aussi le choix de se vacciner pour se prémunir du virus.
Si la campagne annuelle de vaccination contre la grippe cible les plus de 65 ans et les personnes à risques, des adultes en bonne santé âgés de 20 à 60 ans font aussi le choix de se vacciner pour se prémunir du virus. — SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

Les trois quarts des professionnels de santé ne sont pas vaccinés contre la grippe. Alors que la grippe a fait près de 13.000 morts l’hiver dernier, seulement la moitié des personnes à risque et seulement un quart des professionnels de santé se sont fait vacciner, révèle le ministère de la Santé, ce vendredi.

« C’est pour moi un enjeu déontologique », a déclaré Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, jeudi. « En se faisant vacciner eux-mêmes, non seulement les professionnels de santé montrent l’exemple, mais surtout, ils protègent leurs patients », a-t-elle poursuivi. Selon les statistiques du ministère de la Santé, 26 % des professionnels du secteur sont vaccinés.

Seulement 45 % des personnes à risque se sont fait vacciner l’hiver dernier

Le ministère a lancé sa nouvelle campagne de prévention pour rappeler les gestes simples et inciter les personnes à risque à se faire vacciner : personnes âgées de plus de 65 ans, malades chroniques ou souffrant d’obésité sévère et femmes enceintes, soit plus de 12 millions de personnes. Seulement 45 % d’entre eux se sont fait vacciner lors du dernier épisode, loin des recommandations de l’OMS (75 %).

Sur les 13.000 décès liés à la grippe, la saison dernière, 85 % sont des personnes âgées de plus de 75 ans. Sur les 3.000 cas graves admis en réanimation, 81 % faisaient partie de cette population à risque, dont plus des deux-tiers n’étaient pourtant pas vaccinés. Chaque année, 75.000 passages aux urgences sont liés à la grippe.

Les patients vaccinés directement dans les pharmacies

Lors de la dernière saison grippale, son efficacité a été plutôt médiocre, car un des deux virus en circulation (B lignage Yamagata) ne faisait pas partie des virus vaccinaux. On estime que la vaccination permet d’éviter 2.000 décès chaque année. Si 63 % des personnes à risque étaient vaccinées, on aurait 2.500 morts de moins. Cette saison, les vaccins seront pour l’essentiel quadrivalents, avec deux virus A et de deux virus B (y compris celui de l’an dernier), une recommandation de l’OMS.

Les personnes majeures pour qui le vaccin est recommandé peuvent le retirer à la pharmacie sur simple présentation du bon de prise en charge à 100 % par l’Assurance maladie, et se faire vacciner par un médecin, un infirmier ou une sage-femme.

Dans quatre régions tests (Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France, Nouvelle Aquitaine, Occitanie) elles peuvent aussi se faire vacciner en pharmacie. A partir de la saison 2019-20, ce sera possible dans toute la France.