Alpes-Maritimes: Quatre nouveaux cas de dengue à Saint-Laurent-du-Var, un foyer détecté

MOUSTIQUES Les Alpes-Maritimes sont officiellement placés en niveau 3 (sur 5) du plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue…

Fabien Binacchi

— 

This undated photo released by National Institute of Infectious Diseases via Kyodo News, shows a tiger mosquito. Japanese health authorities have reported the first locally transmitted case of dengue fever in the country in more than 60 years. The ministry said Wednesday, Aug. 27, 2014 the case occurred in Saitama, a prefecture adjacent to Tokyo. Local media reports said the patient was a teen-aged girl who has since recovered. (AP Photo/National Institute of Infectious Diseases via Kyodo News) JAPAN OUT/TOK801/444288595920/JAPAN OUT, MANDATORY CREDIT/1408271015
This undated photo released by National Institute of Infectious Diseases via Kyodo News, shows a tiger mosquito. Japanese health authorities have reported the first locally transmitted case of dengue fever in the country in more than 60 years. The ministry said Wednesday, Aug. 27, 2014 the case occurred in Saitama, a prefecture adjacent to Tokyo. Local media reports said the patient was a teen-aged girl who has since recovered. (AP Photo/National Institute of Infectious Diseases via Kyodo News) JAPAN OUT/TOK801/444288595920/JAPAN OUT, MANDATORY CREDIT/1408271015 — AP/Sipa
  • Au total, ce sont cinq cas de dengue qui ont été repérés dans les Alpes-Maritimes après un précédent confirmé le 4 octobre.
  • Le quartier du lieu de résidence des personnes infectées a été démoustiqué à plusieurs reprises.

Le virus progresse. Avec quatre nouveaux cas autochtones. Soit cinq au total. Ce jeudi, l’Agence régionale de santé (ARS) Paca et la préfecture des Alpes-Maritimes signalent la présence « d’un foyer localisé de circulation de la dengue » à Saint-Laurent-du-Var, près de Nice. Les personnes infectées sont aujourd’hui guéries et en bonne santé.

« Les nouveaux cas habitent dans le même quartier que le premier cas autochtone [contracté sur le territoire national, sans revenir d’un voyage] confirmé le 4 octobre 2018. Ils ont été identifiés suite à l’enquête qui a été réalisée les 8 et 9 octobre auprès du voisinage du premier cas », ont-elles précisé.

Se protéger des piqûres

Les Alpes-Maritimes sont officiellement placés en niveau 3 (sur 5) du plan national anti-dissémination du chikungunya et de la dengue. « Bien que le risque de développement d’une épidémie soit, pour l’instant, considéré comme limité, les autorités engagent une lutte résolue contre les maladies transmises par les moustiques », indiquent-elles. Elles appellent la population à limiter leur prolifération et à se protéger des piqûres.

Les actions de démoustication réalisées par l’Entente interdépartementale de démoustication Méditerranée, initiées dès le 4 octobre, se poursuivent, indique encore l’ARS, qui précise que « le quartier du lieu de résidence des personnes infectées a été démoustiqué à plusieurs reprises ». D’autres actions d’élimination des gîtes et des moustiques-tigres​ adultes sont menées dans les autres lieux fréquentés par les cas.

Consulter dès l’apparition des symptômes

« La surveillance épidémiologique est aussi renforcée afin d’identifier d’éventuels autres cas et retrouver la personne de retour de voyage à l’origine de la transmission du virus », fait savoir l’ARS, qui précise que les acteurs de la santé sont mobilisés pour identifier d’autres personnes qui pourraient présenter les signes de la dengue.

L’ARS conseille de « consulter immédiatement son médecin traitant en présence de symptômes évocateurs comme forte fièvre d’apparition brutale, douleurs musculaires ou articulaires, douleurs oculaires, fatigue, maux de tête ».