Un nouveau logo et un site internet pour aider les parents à choisir les aliments pour les bébés

PARENTS Ce logo, représentant un bébé bras ouverts dans un rectangle bleu, pourra être apposé sur les emballages à la demande des industriels…

Oihana Gabriel

— 

Illustration d'un bébé qui boit un biberon.
Illustration d'un bébé qui boit un biberon. — Pixabay/ SofiLayla
  • Nombre de parents s’interrogent sur les quantités, qualité et sécurité des produits à donner à leurs enfants entre 0 et 3 ans.
  • Voilà pourquoi les industriels et l’Association française de normalisation ont mis au point pendant deux ans un logo et un site internet pour aider les parents à s’informer et repérer les produits, transformés ou frais, adaptés à leur bébé.
  • Un logo que les industriels, volontaires, devraient petit à petit afficher.

« Et toi, tu lui donnes des protéines le soir à ta fille ? Et du jambon cru ? Moi le mien, impossible de lui faire avaler des légumes autrement qu’en purées… » Si ce genre de conversation vous rappelle quelque chose, vous faites partie des très nombreux parents qui se posent pas mal de questions pour nourrir leurs petits bouts. Ceux qui passent leurs courses le nez dans les applications comme Yuka ou à s’interroger sur « la compote, je la prends bio ou sans sucre ajouté ? » seront ravis d’apprendre que l’Association française de normalisation (Afnor) a créé un logo, dévoilé ce mardi, qui devrait permettre aux parents d’identifier les aliments bons et sains pour les enfants de 0 à 3 ans. Un logo qui renvoie à un site internet fiable et gratuit pour rappeler les besoins nutritionnels à chaque âge.

Pourquoi ce nouveau pictogramme ?

Pas évident de savoir quoi mettre dans l’assiette de son enfant hors du rayon spécial bébé. Or, de plus en plus de parents souhaitent cuisiner des produits frais. Une étude OpinionWay réalisée cet été auprès de 1.003 parents montre que 74 % des parents ont des doutes sur les quantités à donner à leurs enfants de 0 à 3 ans et 70 % s’interrogent sur la qualité, notamment sur la présence de pesticides et autres colorants. D’autant que les divers scandales sur le lait Lactalis et autres études de 60 millions de consommateurs révélant la présence d'additifs dangereux dans les aliments pour bébés ont nourri les inquiétudes des parents. Pourtant, conservateurs, colorants et édulcorants sont interdits dans les aliments pour bébé… 

« On a toujours peur que ça ne convienne pas, avoue Natacha Gomes de Lima, blogueuse et mère de deux petits garçons de 7 et 2 ans. Et avec deux enfants, les choses se compliquent : le petit veut goûter le gâteau de son grand frère et à table, il veut manger comme nous… »

Basé sur le volontariat

Ce pictogramme pourrait donc faciliter la vie des parents. Avec une nuance de taille tout de même : c’est une norme et non une certification, donc les entreprises ou agriculteurs se porteront volontaires pour respecter les critères de ce nouveau logo et cela s’appuiera sur de l’autodéclaration. « On est dans un contexte extrêmement réglementé et la DGCCRF contrôlera le respect de la réglementation », précise Magali Bocquet, secrétaire générale du Secteur Français des Aliments de l'Enfance (SFAE), centre d’information concentré sur l’alimentation spécifique des enfants de 0 à 3 ans. Mais était-ce bien nécessaire de mettre autour de la table industriels et autorités de santé pendant deux ans pour accoucher de ce nouveau logo, alors que les parents sont déjà encouragés à choisir du bio ? « Dans le bio, l’agriculteur s’engage à ne pas utiliser de pesticides, mais il n’a pas d’obligation de résultat, répond Magali Bocquet. Pour l’alimentation de 0-3 ans, ce sont des analyses a posteriori qui garantissent le respect de critères beaucoup plus stricts que pour l’alimentation courante. Donc si vous hésitez entre les carottes normales, bio ou avec ce logo 0-3 ans prenez les dernières ! »

Pour les produits pour bébé et frais

Où le retrouvera-t-on ? Sur les rayons dédiés à la petite enfance mais pas uniquement. En effet, les fruits et légumes, produits laitiers, mais aussi les repas destinés aux structures d’accueil des jeunes enfants.

Certains produits, notamment ceux de Nestlé et Blédina, affichent déjà ce pictogramme, mais les autorités de santé espèrent que les producteurs vont s’emparer de ce nouvel outil. « Ils ne contiendront pas d’additifs et leur taux de pesticides sera 500 fois plus stricts que dans l’alimentation courante et dix fois plus pour les nitrates », explique Magali Bocquet.

Un site internet fiable pour regrouper toutes les informations

Mais une fois qu’on a rempli son caddie, encore faut-il savoir quelle quantité de riz, poisson ou yaourt on met dans l’assiette de bébé… Quand introduire les morceaux dans la purée ? Et l’œuf, on lui donne dur ou mollet ? Deuxième coup de pouce : un site internet fiable qui devrait répondre à nombre de questions des parents. Son nom : www.alimentationdutoutpetit.fr.