Handicap: Le nombre d’adultes bénéficiaires de l’allocation a doublé depuis 1990

AIDE Cette allocation, qui s’élève actuellement 819 euros par mois pour une personne seule, devrait atteindre 900 euros d’ici fin 2019…

20 Minutes avec AFP

— 

Un handicapé dans une rue de Paris, le 13 mai 2014 à Paris
Un handicapé dans une rue de Paris, le 13 mai 2014 à Paris — Alain Jocard AFP

Un chiffre qui a doublé entre 1990 et 2017. Près de 1,13 million de Français et de Françaises bénéficient de l’allocation aux adultes handicapés (AAH), selon une étude publiée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), ce lundi. Une augmentation due à l’évolution démographique mais aussi à la révision des plafonds de ressources.

Cette allocation, versée sous conditions de ressources aux personnes handicapées de plus de 20 ans et n’ayant pas encore l’âge de la retraite, atteint actuellement 819 euros par mois pour une personne seule. Le montant devrait augmenter pour atteindre 860 euros le 1er novembre, puis à 900 euros fin 2019.

Près de 4 % de bénéficiaires supplémentaires par an entre 2008 et 2012

Selon le service statistique des ministères sociaux, le nombre de bénéficiaires de ce minimum social, entre 1990 et 2005, d’environ 2,7 % par an en moyenne, « sous l’effet principalement de la démographie ». Si le nombre de bénéficiaires a stagné entre 2005 et 2008, de nouvelles hausses ont été constatées à partir de 2008, avec plus de 4 % de hausse moyenne annuelle jusqu’en 2012.

Celles-ci s’expliquent principalement par des revalorisations successives bi-annuelles, qui ont eu pour effet « de relever sensiblement le plafond des ressources et ainsi d’accroître le nombre d’allocataires de la prestation », explique l’étude.

Des « difficultés d’insertion importantes » pour les personnes handicapées

Depuis 2015, l’augmentation du nombre de bénéficiaires est restée supérieure à 2 % par an, ce qui s’explique notamment par le « recul de l’âge minimum légal de départ à la retraite de la génération née en 1954 ». Les personnes handicapées atteignant l’âge de la retraite cessent en effet de percevoir l’AAH pour basculer vers le régime de « retraite pour inaptitude ».

Dans sa précédente étude, publiée en juillet, la Drees avait souligné des « difficultés d’insertion importantes » pour les personnes handicapées, en observant que seuls 6 % des allocataires de cette prestation « sortent des minima d’une fin d’année à la suivante ».