Des robots mille-pattes pourraient un jour se déplacer dans notre corps et nous soigner

TECHNOLOGIE Des chercheurs conçoivent un robot miniature biodégradable capable d'entrer dans le corps humain pour délivrer des médicaments dans une zone à traiter...

20 Minutes avec agence

— 

Le robot miniature sera capable de franchir les obstacles dans le corps.
Le robot miniature sera capable de franchir les obstacles dans le corps. — Capture d'écran Youtube/Kmeng Khmer Ways

Des chercheurs d’une université de Hong Kong ont mis au point un prototype de robot miniature conçu pour se déplacer à l’intérieur du corps humain, rapporte Sciences et Avenir. L’objectif de la machine est de délivrer des médicaments à un endroit précis de l’organisme, comme une tumeur ou une zone contaminée par une infection.

Pour mener à bien cette mission délicate, le robot doit pouvoir évoluer dans des milieux variés, en terrain sec comme à l’intérieur des fluides corporels, indiquent les chercheurs dans la revue Nature. Le prototype doit aussi être capable de franchir les différents types d’obstacles qui composent l’intérieur du corps humain sans provoquer de blessures internes.

Afin de limiter les frictions avec les tissus, le robot a été conçu en silicone et équipé d’une multitude de petites pattes. Il se déplace à l’aide de particules aimantées qui réagissent lorsqu’on applique un champ magnétique à proximité. Grâce à cette technique, le minuscule robot peut se déplacer en ondulant d’avant en arrière ou en se balançant sur le côté.

Un médicament sur le dos

Enfin, la petite machine serait capable de soulever jusqu’à 100 fois son poids. Les chercheurs ont réalisé des simulations en plaçant une capsule de médicament sur son dos. Le robot est parvenu à emporter le traitement jusqu’à l’estomac, avec succès.

Il reste cependant du chemin à parcourir avant d’envisager une commercialisation. Les scientifiques doivent tester les prouesses du robot à l’intérieur d’un véritable corps humain. Ils envisagent d’utiliser un matériau biodégradable pour fabriquer le robot, ce qui permettrait au patient de « digérer » la machine une fois que celle-ci aura accompli sa mission.