Des seringues porteuses du VIH cachées dans des pompes à essence? Gare à l'intox

FAKE OFF Un post Facebook partagé plus de 272.000 fois alerte sur les dangers des pompes à essence qui cacheraient une seringue porteuse du VIH...

Alexis Orsini

— 

La photo utilisée pour relayer l'intox sur les pompes à essence porteuses de seringues.
La photo utilisée pour relayer l'intox sur les pompes à essence porteuses de seringues. — capture d'écran
  • Plus de 272.000 personnes ont partagé un post Facebook affirmant que des pompes à essence cachent une seringue porteuse du VIH.
  • L'intox a notamment circulé aux Etats-Unis, en France, en Italie et en Allemagne et s'appuie sur une photo authentique (mais sortie de son contexte). 
  • Les risques de contamination par une seringue laissée à l'air libre sont nuls, comme l'explique à 20 Minutes la directrice générale de Sidaction.

Les stations-service cacheraient des dangers insoupçonnés, à en croire un message Facebook viral montrant la photo d’une poignée de pompe à essence équipée... d’une seringue.

« PARTAGEZ!!! Attention [...] c'est la nouvelle trahison qu'ils font dans les stations-service Ils mettent des seringues infectées par le VIH (sida) dans l'arme du carburant. Faites attention et faites tourner ! Les partages peuvent sauver des vies ! », affirme le post publié le 15 décembre 2017 et partagé plus de 272.000 fois. Si « l’alerte » relève bien de l’intox volontairement anxiogène, elle se base toutefois sur une photo réellement prise en 2017... aux Etats-Unis.

FAKE OFF

Malgré la viralité du post Facebook, nombre d’internautes ne manquent pas de crier, en commentaire, à l’intox sur les risques de contamination évoqués. « Il n’y a aucun risque de transmission du VIH quand le sang est séché. Le danger par transmission sanguine concerne surtout les usagers de drogue, mais uniquement quand ils échangent leur seringue dans la foulée, lorsque le sang est encore frais », confirme à 20 Minutes Florence Thune, directrice générale de l’association Sidaction.

Le succès de cette rumeur mensongère est loin de se limiter à la France : on en trouve une version anglophone, allemande et italienne, toujours avec la même photo. Mais la photo originale n’entretient aucun lien avec l’Europe : elle a été prise en Californie, en mai 2017, par Jose Medina, l’automobiliste piqué par cette seringue « installée » sur une pompe à essence.

Sa fille Jacqueline relatait à l’époque l’incident sur sa page Facebook : « Hier, sur le chemin du travail, mon père s’est arrêté à une station service à Moreno Valley pour prendre de l’essence. Après avoir payé à l’intérieur, il est sorti saisir l’embout de la pompe et s’est soudainement fait piquer par une foutue seringue placée exprès à cet endroit par un pauvre type. »

Une photo sortie de son contexte

Sous le choc, Jose Medina a alerté l’employée de la station-service – qui a retiré la seringue incriminée avec une serviette – avant de prévenir la police et de passer des examens médicaux. L’anecdote est alors devenue virale – et s'est retrouvée associée au VIH alors qu’elle n’en faisait nullement mention. Nombre d’internautes ont accusé Jacqueline Medina de relayer un mensonge, en citant notamment un article du site réputé de fact-checking Snopes, qui citait son message dans sa liste des fausses rumeurs sur les contaminations au VIH par des seringues installées sur les pompes à essence.

Si cette intox circule depuis le début des années 2000 – à l’origine sous forme « d'alerte » relayée par email –, elle a connu un regain de vitalité en 2013 sur Facebook, dans une version qui accusait un groupe mal intentionné de cacher de telles seringues dans des stations-essence de Floride, notamment.

Face au tollé suscité par son post, Jacqueline Medina a rapidement apporté des précisions : « J’ai aussi dû supprimer la photo originale de la pompe à essence et rajouter le crédit au nom de mon père, puisque certains reprennent la photo et racontent une autre anecdote ou affirment que la seringue contient le virus du sida (alors que je n’ai jamais dit que la seringue contenait ou pas le virus, on ne sait pas ce qui était dedans ou non). »

Offusquée qu’on l’accuse de mentir, la jeune femme avait en outre partagé l’article et le reportage consacrés à l’incident par la chaîne Fox 11. Si les résultats des examens médicaux de son père restent inconnus, la police locale avait bien confirmé, à l’époque, enquêter sur cette affaire.

Strasbourg le 02 06 2013. Illutrastion pompe a essence. Diesel.
Strasbourg le 02 06 2013. Illutrastion pompe a essence. Diesel. - G.VARELA / 20MINUTES

Pour Florence Thune, la viralité de l’intox n’a rien de surprenant : « Le sida alimente toujours les peurs, on ne voit pas circuler le même genre d’intox avec la grippe, par exemple. » D’autant que ce genre de rumeur inquiétante sur le VIH remonte à loin : dès la fin des années 1990, des mails entretenaient les craintes collectives sur de prétendues contaminations par seringue dans des cabines téléphoniques ou des salles de cinéma.

« Ces intox se mêlent à des idées fausses, comme celles que l’on observe auprès des jeunes lors de notre sondage annuel pour savoir quels sont, selon eux, les modes de contamination : certains pensent notamment qu’on peut être contaminé en embrassant une personne séropositive ou en buvant dans le même verre », conclut la directrice générale de Sidaction, rappelant la nécessité d’actions pédagogiques sur le sujet.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fakeoff@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la  désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.