Médicaments: Les patients qui refusent les génériques seront moins bien remboursés à partir de 2020

SECURITE SOCIALE Un médicament générique coûte en moyenne 40 % moins cher que le princeps…

20 minutes avec agences

— 

Le gouvernement souhaite continuer les économies dans le domaine de la santé. (illustration)
Le gouvernement souhaite continuer les économies dans le domaine de la santé. (illustration) — DURAND FLORENCE/SIPA

Pour réaliser des économies, le gouvernement prévoit de renforcer le recours aux médicaments génériques. Une disposition du projet de budget de la Sécurité sociale dévoilé ce mardi vise à moins bien rembourser les patients refusant sans justification les médicaments génériques proposés par leur pharmacien.

La mesure devrait entrer en vigueur à partir du 1er janvier 2020. Le remboursement d’un assuré qui refuserait le générique « se fera désormais sur la base du prix du générique », détaille le dossier de presse du projet de loi. « Nous demandons aux Français qui voudront accéder à un médicament de nom de marque de mettre de leur poche », a déclaré la ministre de la santé Agnès Buzyn. Un générique coûte en moyenne 40 % de moins que le princeps.

Des dizaines de millions d’euros d’économies

« Il s’agit ainsi de reconnaître un même niveau de prise en charge pour des soins de même qualité », selon le gouvernement, qui souhaite aussi réguler les conditions dans lesquelles les médecins peuvent apposer la mention « non-substituable » sur les ordonnances.

Cette mention devra désormais reposer « sur des critères médicaux objectifs, définis en lien avec l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé ». Ces mesures devraient engendrer à court terme moins de 100 millions d’euros d’économies, selon le ministère de l'Economie et des Finances.