82% des Français sont-ils opposés à la «PMA sans père», comme l’affirme la Manif pour tous?

FAKE OFF 82% des Français seraient opposés à l'ouverture de la PMA pour les couples de femmes et les femmes célibataires, selon l'interprétation proposée par la Manif pour tous d'un sondage réalisé à sa demande...

Alexis Orsini

— 

La procréation  médicalement assistée (PMA) alimente les débats.
La procréation médicalement assistée (PMA) alimente les débats. — Loic Venance AFP
  • La Manif pour tous s'appuie sur un sondage Ifop pour affirmer l'opposition massive des Français à l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de femmes et les femmes seules. 
  • Le mouvement affirme que 82% des sondés y seraient opposés.
  • Mais il tire ainsi une conclusion dérivée des réponses à une question formulée bien différemment. 

Les Français sont-ils majoritairement favorables ou défavorables à une éventuelle ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules ?

Alors que le Comité consultatif national d’éthique vient de rendre un nouvel avis favorable à un tel élargissement, en attendant la discussion du Parlement sur le sujet en janvier 2019, la Manif pour tous, hostile à ce qu’elle qualifie de « PMA sans père », est remontée au créneau depuis plusieurs jours, sondage Ifop à l’appui.

Le 24 septembre, le mouvement affirme ainsi sur son site : « Les résultats d’un sondage Ifop [...] montrent que l’opposition à la PMA sans père gagne du terrain : 82% des Français se déclarent opposés, soit près de 20 points de plus qu’en janvier dernier où ils étaient 64%. » Un résultat diamétralement opposé au sondage réalisé par l’institut de sondage BVA pour L’Obs, en mars 2018, qui indiquait que 58 % des Français étaient favorables à la PMA pour les couples de femmes, un chiffre qui passait à 56 % pour les femmes seules. 

Ce faisant, la Manif pour tous se livre toutefois à une interprétation très extensive d’un des résultats du sondage réalisé à sa demande.

Le communiqué de la Manif pour tous évoquant les 82% d'opposants.
Le communiqué de la Manif pour tous évoquant les 82% d'opposants. - capture d'écran

FAKE OFF

L’étude en question (« Les Français et la PMA »), réalisée par l’Ifop – qui n’a pas donné suite à nos sollicitations – auprès d’un « échantillon de 1.012 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus », ne présente aucun souci de méthodologie.

« Ce n’est pas du tout la fiabilité ou la méthode du sondage de l’Ifop qui pose question, il est bien neutre. Mais son interprétation par la Manif pour tous interroge » confirme ainsi Erwan Lestrohan, de l’institut de sondage BVA.

Le mouvement s’appuie en effet, pour avancer cette proportion d’opposants à l’ouverture de la PMA, sur les 82% de « oui » donnés à une question formulée bien différemment dans le sondage : « Selon vous, l’État doit-il garantir aux enfants nés par PMA le droit d’avoir un père et une mère ? »

Il n’en fallait pas plus à la Manif pour tous pour en déduire hâtivement une opposition massive à l’ouverture de la PMA, comme l’a notamment avancé sa présidente, Ludovine de la Rochère sur CNews le 24 septembre (à partir de 8:25 ci-dessous) : « Je rappelle que dans ce même sondage Ifop, 82 % des Français (82!), estiment que l’État doit garantir à l’enfant né par PMA le droit d’avoir un père et une mère. Donc ça veut dire une opposition massive à la PMA en l’absence de père pour l’enfant »

« La question mesure moins la favorabilité à la PMA que le rapport à la parentalité »

Une interprétation discutable, comme l’explique Erwan Lestrohan : « On ne peut pas dériver une conclusion à partir d’une question portant sur un autre débat. […] Là, on a une opinion portant sur le rôle de l’État dans la parentalité des enfants nés par PMA... mais qu’on présente comme une opposition à la PMA sans père. C’est une lecture des résultats du sondage qui ne correspond pas véritablement à l’opinion exprimée, la question mesure moins la favorabilité à la PMA que le rapport à la parentalité. »

Il précise en outre : « Aujourd’hui, quand on interroge les Français sur l’ouverture de la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules stricto sensu, l’opinion est en majorité favorable. Mais la question de la parentalité reste un élément clivant : c’est ce que montre le sondage réalisé pour la Manif pour tous. »

Les questions posées dans les études les plus récentes pour jauger l’opinion des Français sur le sujet sont en effet rédigées bien différemment. L’étude L'Obs/BVA de mars 2018 demandait ainsi : « Vous personnellement, êtes-vous favorable ou opposé à ce que l’on accorde aux femmes seules/aux couples homosexuels féminins le droit en France de recourir à la PMA pour avoir un enfant? »

On retrouve la même rigueur dans la question posée par une étude de l’Ifop pour My-Pharma en septembre 2017 (qui avait recueilli plus de 60 % d’opinions favorables) : « Personnellement, seriez-vous favorable ou défavorable à ce que [les couples de femmes homosexuelles/de femmes célibataires] désirant un enfant puissent avoir recours à l’insémination artificielle (ce qu’on appelle aussi la PMA) pour avoir un enfant ? »

« L’enquête [...] révèle qu’il n’existe aucun consensus d’opinion »

Dans le sondage de la Manif pour tous, l’Ifop indique lui-même en préambule à quel point les résultats sont nuancés : « L’enquête [...] révèle qu’il n’existe aucun consensus d’opinion concernant [la PMA] et notamment son extension envisagée par Emmanuel Macron aux femmes seules et aux couples lesbiens. »

L’institut évoque en outre la « parité parfaite » de l'opinion à une autre question posée par le sondage – mais non relayée par la Manif pour tous : « 50 % des sondés considèrent que les enfants nés d’une PMA seraient victimes d’une inégalité par rapport aux enfants qui ont un père et une mère contre 50 % considérant que non ».

Dans son communiqué du 24 septembre, la Manif pour tous affirme par ailleurs que les « conclusions des états généraux de la bioéthique » sont « amplement confirmées » par son sondage : « Et de fait, ce chiffre de 82% d’opposants à la PMA sans père est parfaitement cohérent avec les conclusions des Etats généraux de la bioéthique où plus de 80% des participants se sont exprimés dans le même sens. »

Or, ces 80% ne s’appuient sur aucune donnée vérifiée, comme nous l’explique le professeur Pierre-Henry Duée, président de la section technique du Comité consultatif national d’éthique (CCNE), à l’origine de la consultation lancée en janvier 2018 : « Nous n’avons pas cherché à réaliser de sondage qui aurait pu donner des résultats comme ceux avancés par la Manif pour tous, mais plutôt à recueillir des arguments sur ces questions complexes. »

« L’objectif n’était pas de chercher à refléter l’opinion de la société et nous n’avons jamais affiché de chiffres dans notre rapport de synthèse, à l’exception de ceux de participation. » conclut le membre du CCNE.

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Envoyez un mail à l’adresse fakeoff@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre la  désinformation. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.