Paca: Le virus du Nil occidental «circule» dans la région, les dons de sang concernés par des «mesures de sécurisation»

DANGEUREUSES PIQURES Vingt cas d’infection ont été recensés dans les Alpes-Maritimes et le Vaucluse…

Fabien Binacchi

— 

Un moustique Culex pipiens.
Un moustique Culex pipiens. — Gabe Hamer/AP/SIPA
  • Depuis le 7 juillet, le virus West Nile a infecté dix-neuf personnes dans le département des Alpes-Maritimes et une dans le Vaucluse.
  • Cette situation a entraîné la mise en œuvre « temporaire de mesures de sécurisation des dons de sang et d’organes » dans ces départements, selon l’ARS.
  • La fièvre du Nil occidental se transmet par la piqûre de moustiques infectés de type Culex et peut être asymptomatique, ressembler à un syndrome pseudo-grippal ou entraîner des complications neurologiques.

Depuis le 7 juillet, il a déjà infecté vingt personnes en Paca, dont dix-neuf dans le seul département des Alpes-Maritimes. Véhiculé par les moustiques, le virus du Nil occidental (ou West Nile) est en « circulation » dans la région avec un premier cas recensé dans le Vaucluse, indique l’Agence régionale de santé (ARS) ce lundi.

Cette situation a entraîné la mise en œuvre « temporaire de mesures de sécurisation des dons de sang et d’organes dans les Alpes-Maritimes et le Vaucluse » par l’Etablissement français du sang et l’Agence de biomédecine, selon l’ARS. L’organisme appelle la population « à se protéger contre les piqûres de moustiques ».

Trois cas ont nécessité une hospitalisation

Dans la plupart des cas, l’infection au virus de la fièvre du Nil occidental est asymptomatique. Elle peut également se manifester par un syndrome pseudo-grippal (fièvre, maux de tête, douleurs musculaires) quelques fois accompagné d’une éruption cutanée. Plus rarement, elle peut provoquer des complications.

Sur les vingt cas diagnostiqués à ce jour, trois personnes atteintes d’une forme neuro-invasive du virus ont du être hospitalisées. « Elles sont à ce jour en voie de guérison », précise également l’Agence régionale de santé.

Dans d’autres pays d’Europe

Transmise par les moustiques (Culex) qui sont contaminés au contact d’oiseaux infectés, la maladie peut également toucher les hommes, « hôtes accidentels » du West Nile. Mais ceux-ci ne peuvent pas transmettre à leur tour le virus, à la différence de la dengue, du chikungunya ou encore du zika, véhiculé par le moustique tigre (Aedes albopictus).

La circulation du West Nile serait plus précoce et plus importante en 2018 que les années précédentes dans les pays européens. L’Italie et la Grèce seraient particulièrement concernés, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).