Don de Plasma: «Aucun risque pour les donneurs et receveurs» avec Haemonetics

PRECAUTION La ministre de la Santé a voulu se montrer rassurante vendredi...

G. N. avec AFP

— 

Un don de plasma (illustration).
Un don de plasma (illustration). — Florence Durand / SIPA

« Il n’y a aucun risque pour les donneurs et les receveurs », a assuré la ministre de la Santé Agnès Buzyn vendredi au sujet des machines de la société américaine Haemonetics utilisées pour les dons de plasma. « C’est la seule chose sur laquelle je peux être totalement rassurante », a insisté la ministre, en déplacement à Hyères (Var) devant des médecins libéraux, au sujet de ces machines accusées par des lanceurs d'alerte de faire courir des risques toxiques aux donneurs.

« L’agence du médicament (ANSM) avait déjà mené des contrôles sur ces machines qui n’avaient rien montré d’anormal, et effectivement il y a de nouveau des incidents qui ont conduit à mettre en œuvre le principe de précaution », a expliqué la ministre.

Importer du plasma n’est pas dangereux

« Je rappelle que ces incidents n’ont mis en danger ni les donneurs ni les receveurs de plasma mais qu’ils ont conduit l’Établissement français du sang à ne plus utiliser les 300 machines tant qu’on ne comprendra pas » d’où ces problèmes proviennent, a poursuivi Agnès Buzyn. Et la ministre d’affirmer qu'« importer du plasma de l’étranger n’est pas dangereux, car aujourd’hui tous les plasmas sont soumis aux mêmes contrôles ».

>> A lire aussi : Des lanceurs d'alerte portent plainte pour mise en danger de la vie des donneurs

Lors de l’un des incidents signalés par l’EFS, une « multitude de particules noires visibles à l’œil nu » ont été observées à l’intérieur de la machine et de la poche de plasma, « de quantité, de taille et d’aspect inhabituels », selon le texte de la décision de suspension prise par l’ANSM. Lors d’un autre incident, déclaré le 11 septembre, « des particules visible à l’œil nu » ont encore été observées à l’intérieur de la machine.