VIDEO. Alcool et grossesse: Une campagne contre les troubles liés à l'alcoolisation fœtale

PREVENTION Boire de l'alcool pendant sa grossesse, même en très petites quantités, fait courir de grands risques au bébé...

Charlotte Murat

— 

Une femme enceinte tenant un verre d'alcool à la main (illustration).
Une femme enceinte tenant un verre d'alcool à la main (illustration). — Rafael Ben-Ari/Chameleo/REX/SIPA

Une campagne nationale a commencé dimanche pour sensibiliser aux troubles liés à l’alcoolisation fœtale. Alors qu' une femme sur dix déclarait en 2017 avoir consommé occasionnellement de l’alcool pendant sa grossesse, Santé Publique France a révélé qu'entre 2006 et 2013, un bébé est né chaque semaine en présentant des troubles d’alcoolisation fœtale.

Parmi eux, un par semaine est né avec un SAF (syndrome d’alcoolisation fœtal), sa forme la plus grave et la première cause de maladie mentale non génétique.

Les scientifiques n’ayant pas réussi à déterminer s’il existe un seuil en dessous duquel l’alcool n’est pas dangereux pour le fœtus, le principe de précaution reste de mise. Quand on est enceinte, c’est zéro goutte d’alcool. Un point c’est tout.

Vous avez été victime du syndrome d'alcoolisation fœtale à votre naissance ?
En tant que parents, vous vivez avec un enfant qui a été atteint par cette pathologie ? Votre témoignage nous intéresse.

>> Nous recherchons des personnes qui accepteraient de témoigner face caméra pour 20 Minutes. Nous pouvons, si vous souhaitez rester anonyme, flouter votre visage et modifier votre voix. Pour participer, envoyez un mail à epetit@20minutes.fr ​