Homéopathie: Après Lille, l'université d'Angers supprime son diplôme

SANTE La faculté de santé d'Angers prend à son tour ses distances avec l'homéopathie...

J.U.

— 

Illustration de tubes d'homéopathie
Illustration de tubes d'homéopathie — Philippe HUGUEN / AFP

Alors que le débat sur l'utilité de l'homéopathie est toujours très vif entre les médecins, la communauté universitaire prend elle aussi position. Après  l'université de Lille, la semaine dernière, c'est celle d' Angers qui a décidé de prendre ses distances avec cette pratique médicale, et son enseignement.

Le vice-doyen de la faculté de médecine d'Angers l'a annoncé sur les réseaux sociaux, en fin de semaine. «Juste un petit mot pour vous annoncer que la Fac d'Angers supprime définitivement le DU d'homéopathie», a écrit dans un tweet Frédéric Lagarce.

L'avis de la Haute autorité de santé

« En l’absence de preuve scientifique, nous ne voulons pas endosser la responsabilité d’une formation qui permettrait l’affichage d’un diplôme de l’université pour une pratique qui n’est pas validée », justifie Nicolas Lerolle, le doyen de la faculté de santé, interrogé par le Quotidien du médecin. Selon le journal, l'homéopathie n'était plus enseignée depuis deux ans dans le Maine-et-Loire, faute d'inscription.

Contrairement à l'établissement lillois, qui a annoncé «suspendre» sa formation, il semble que la fac d'Angers ne compte pas attendre l'avis de la Haute autorité de santé (HAS). L'instance a récemment été saisie par le ministère de la Santé pour évaluer l’efficacité de l’homéopathie et le bien-fondé de son remboursement. Ses conclusions sont attendues d’ici à fin février.