Nice: Philippe Martinez au chevet des personnels hospitaliers

SOCIAL En visite au CHU de Nice, le patron de la CGT a dénoncé des « aberrations »...

Fabien Binacchi

— 

Philippe Martinez à Nice
Philippe Martinez à Nice — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez était en visite à l’hôpital Pasteur du CHU de Nice.
  • Le personnel soignant réclame des embauches parmi les infirmiers notamment.
  • Les résultats d’un audit concernant le service des urgences doivent être rendu public le 20 septembre.

Il a fait le déplacement pour mobiliser ses troupes avant les élections professionnelles de décembre mais surtout pour dénoncer des « aberrations » au CHU de Nice. Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez était en visite à l’hôpital Pasteur en fin de semaine dernière.

« Il y a des infirmiers qui quittent l’hôpital parce qu’ils sont mal payés. Et les autres sont à bout », a pesté le responsable syndical. « On se retrouve à deux pour 25 patients en gériatrie avec des pathologies lourdes, raconte Marina Garcia, infirmière. Et du fait des conditions de travail, les arrêts de travail se multiplient. »

Des recrutements et un pool d’infirmiers remplaçants

S’il y a eu des recrutements ces derniers mois, « ils ne sont pas suffisants », dixit la CGT. Du côté du CHU, on vante pourtant de « vraies améliorations ». « De janvier à fin août, entre les départs et les nouveaux recrutements, nous arrivons à un solde positif de 50 postes d’infirmiers à l’échelle de tout le CHU de Nice, répond Karine Hamela, directrice du pôle ressources humaines. Et il devrait y avoir encore autant de nouvelles embauches d’ici à la fin de l’année ».

C’est un des projets du CHU de Nice pour pallier à l’absentéisme parmi les infirmiers. « Une unité de remplaçants, avec la création d’emplois pérennes, va être mise en place », selon Karine Hamela.

Gérer les crises aux urgences

Autre source d’inquiétudes parmi les effectifs de Pasteur : la gestion des crises aux urgences. « L’hiver dernier, nous avions été vite débordés par un afflux de patients concernés par les épidémies de grippe et de gastro-entérite. Nous avons demandé un audit complet du service », rappelle Stéphane Gauberti, secrétaire général de la CGT CHU de Nice.

« Le bilan de cette enquête pour laquelle 80 personnes ont été interrogées sera détaillé le 20 septembre. Avec des avancées sur les effectifs et le matériel », promet Karine Hamela.