Check-up de rentrée: Les conseils pour une reprise de l'école en pleine santé

RENTREE Certificat médical pour le sport, contrôle de la vue, petit-déjeuner de champion et sommeil de roi: la rentrée est la bonne occasion pour prévoir un check-up santé pour son enfant et pour reprendre de bonnes habitudes...

Anissa Boumediene

— 

La rentrée scolaire est l'occasion de prévoir un check-up de santé pour son enfant.
La rentrée scolaire est l'occasion de prévoir un check-up de santé pour son enfant. — CHAMUSSY/SIPA
  • Ce lundi marque la rentrée scolaire pour les élèves, qui vont reprendre le chemin de l’école.
  • L’occasion de prévoir un check-up et consulter pédiatre, ophtalmologiste et dentiste pour s’assurer de la bonne santé de son enfant.
  • L’occasion aussi de reprendre de bonnes habitudes alimentaires et de sommeil au quotidien.

Ça y est, les vacances sont finies et le cartable est fin prêt. La rentrée scolaire, ce lundi, est l’occasion de prévoir un petit check-up pour vos enfants. Certificat médical pour le sport, contrôle de la vue, petit-déjeuner de champion : on vous livre l’ordonnance de rentrée pour une reprise de l’école en pleine santé.

Penser au certificat médical pour les activités sportives

Comme chaque année à la même période, voici venu le temps de finaliser les inscriptions aux activités extrascolaires, sportives notamment. « Il faut que les enfants aient un bon équilibre entre sommeil, travail scolaire, détente et activités, indique le Dr Jean Lalau-Kéraly, pédiatre-nutritionniste. Il est important qu’ils fassent du sport, qu’ils se dépensent, courent et apprennent à nager. Autant d’activités à pratiquer en famille le week-end ou lors d’activités extrascolaires ». Or pour les activités sportives, il est obligatoire de fournir un certificat médical, délivré par le médecin généraliste ou le pédiatre.

« Cette consultation de rentrée est aussi un rendez-vous de prévention, l’occasion pour le médecin de s’assurer que tout va bien, contrôler la courbe de poids, la taille, c’est important de le faire au moins une fois par an, prescrit le pédiatre. On vérifie aussi que l’enfant est à jour de ses vaccinations et, au besoin on fait le rappel. C’est d’autant plus important qu’une épidémie de rougeole est toujours en cours », insiste le pédiatre.

Faire contrôler la vue de son enfant

Vu les délais d’attente, mieux vaut avoir pensé à prendre rendez-vous chez son ophtalmo de longs mois à l’avance. On le sait moins, mais un problème de vue non dépisté chez un enfant peut être la cause d’un échec scolaire, c’est pourquoi un examen régulier est recommandé. « Un enfant qui a des problèmes de vue ne saura pas forcément le dire, il constatera simplement qu’il a du mal à lire ou voir ce qui est écrit au tableau, sans pour autant savoir le verbaliser », signale le Dr Jean-François Korobelnik, chef du service d’ophtalmologie au CHU de Bordeaux et ancien président de la Société française d’ophtalmologie.

Parmi les problèmes de vue les plus fréquents, « il y a la myopie, qui affecte la vision de loin, et qui fait par exemple que l’enfant voit mal ce qui est écrit au tableau, détaille le Dr Korobelnik. Il y a aussi l’hypermétropie et l’astigmatisme, des troubles qui affectent la vision de près, notamment en générant maux de tête, une importante fatigue visuelle et en déformant les lettres ». Mais quel qu’il soit, « un problème de vue se corrigera d’autant mieux et rapidement qu’il sera dépisté précocement », insiste l’ophtalmologiste. C’est d’autant plus vrai concernant « l’amblyopie, cause la plus fréquente de troubles de la vision unilatérale chez l’enfant, qu’il faut dépister entre l’âge de 9 et 15 mois, poursuit le spécialiste. Après, c’est plus compliqué à rééduquer ».

Un dépistage visuel est normalement prévu durant la visite médicale scolaire entre 5 et 6 ans. Mais si elle n’est pas prévue par l’école de votre enfant, « il faudra consulter un ophtalmologiste avant l’entrée au CP », conseille le Dr Korobelnik. A condition d’avoir pu décrocher le précieux rendez-vous auprès de son spécialiste. « Les parents peuvent faire à leurs enfants un test à la maison en réalisant une évaluation œil par œil. Il suffit de leur faire regarder et décrire une affiche au loin ou un livre de près. C’est simple à faire et cela permet de se faire une idée ».

Emmener son enfant chez le dentiste

Et puisqu’on est lancé dans le check-up de rentrée, on en profite aussi pour prévoir un rendez-vous chez le dentiste. Après les glaces, bonbons, sodas et autres sucreries savourées durant l’été, une petite visite chez le dentiste ne sera pas de trop pour vérifier que des caries n’ont pas fait leur apparition sur les dents de vos bambins depuis leur dernière visite chez le dentiste. « Les enfants doivent apprendre dès le plus jeune âge à se brosser soigneusement les dents, et le faire matin et soir après le repas », rappelle le Dr Lalau-Kéraly. Pour les plus grands, ce rendez-vous chez le dentiste sera l’occasion de vérifier le bon alignement de la dentition et, au besoin, mettre en place un traitement orthodontique.

Prendre de bonnes habitudes de sommeil

« Finis les couchers tardifs permis pendant les vacances ! Cela peut sembler basique mais c’est très important : dès la rentrée, les enfants, petits et grands, doivent retrouver un rythme de sommeil qui leur assure le repos dont ils ont besoin », explique le Dr Lalau-Kéraly. Et pour un sommeil de meilleure qualité, « il faut vraiment réduire l’exposition aux écrans, recommande le pédiatre. Télévision, tablette, smartphone, ordinateur et autres jeux vidéo : tout cela a un effet excitant chez les enfants, sans compter que la fameuse lumière bleue émise par les écrans perturbe la production de mélatonine, qui est l’hormone du sommeil ». Or, impossible pour un enfant de rester concentré en classe s’il est fatigué parce qu’il n’a pas suffisamment dormi. « Le manque de sommeil a un impact négatif sur l’attention de l’enfant et ses performances intellectuelles », confirme le Dr Lalau-Kéraly.

Prévoir un petit-déjeuner de champion

Se coucher tard, s’endormir sur son écran et se réveiller en retard, fatigué, avant de partir le ventre vide à l’école : difficile de faire pire ! Pour démarrer la rentrée du bon pied, pas question de zapper le petit-déjeuner ! « C’est un repas extrêmement important pour les enfants, souligne le Dr Lalau-Kéraly, pédiatre-nutritionniste. Après avoir jeûné durant la nuit, un enfant doit petit-déjeuner pour éviter d’être déshydraté et en hypoglycémie, deux facteurs pouvant causer baisse de l’attention et des performances scolaires », avertit le médecin. Une mauvaise habitude « qui pousse au grignotage en milieu de matinée et qui est d’autant plus néfaste que les snacks consommés à cette occasion, tels que des barres chocolatées très sucrées, représentent de mauvaises calories ».

Pour un petit-déjeuner de champion, « il faut d’abord réveiller son enfant suffisamment tôt pour qu’il ait le temps d’émerger et d’avoir faim – ce qui implique qu’il se soit couché assez tôt aussi —, relève le pédiatre. Au menu, on prévoit une boisson, si possible un jus de fruits frais, comme une orange pressée, un produit laitier (de préférence au lait entier) et une portion de sucres lents, comme des tartines à la confiture ou du pain avec du fromage ».

Avoir une bonne hygiène des mains

Qui dit rentrée dit bonnes habitudes à reprendre ! On en profite donc pour rappeler l’importance d’une bonne hygiène des mains. Véritables nids à germes, « les mains sales sont le vecteur de beaucoup de maladies et de parasites intestinaux, notamment d’infections dues aux oxyures, très fréquentes chez les enfants, qui se traduisent par l’apparition de démangeaisons et de petits vers blancs autour de l’anus. C’est pourquoi il est primordial d’apprendre très tôt aux enfants à bien se laver les mains à l’eau et au savon après chaque passage aux toilettes et avant de passer à table », préconise le Dr Lalau-Kéraly. Ongles courts et propres sont aussi de rigueur !

S’assurer que le cartable n’est pas trop lourd

A les voir avec tout leur attirail sur le dos, on pourrait croire que certains enfants portent des sacs à dos et cartables aussi lourds qu’eux ! Mais un sac trop lourd n’est pas sans conséquence sur la santé des enfants. « C’est pourquoi il faut leur apprendre à n’emporter que le strict nécessaire, conseille le Dr Lalau-Kéraly. Mais aussi à bien répartir le poids dans le sac et bien l''équilibrer sur les deux épaules ». Exit donc les sacs à dos portés sur une seule épaule.

Vérifier qu’il n’y a pas de poux

Episodes de séries que l’on préférerait zapper : les poux ! Pourtant, chaque famille y passera au moins une fois. On veille donc à vérifier régulièrement la chevelure de ses enfants, en particulier au niveau de la nuque et derrière les oreilles, pour traquer poux et lentes. « Ras de bol, des poux, il y en a partout, plaisante le Dr Lalau-Kéraly. Les cheveux fins des enfants sont plus à poux que les plus grands. Or les poux ne sont pas faciles à éradiquer : peigne à poux et traitement spécial sont de rigueur, ainsi qu’un lavage rigoureux des vêtements et du linge de maison », préconise-t-il, rappelant également « que les enfants ne doivent pas échanger bonnets et autres casquettes entre eux », pour éviter de se contaminer les uns les autres.

>> A lire aussi : Céréales sucrées, additifs et produits ultratransformés... Comment préparer un petit-déjeuner sain pour les enfants

>> A lire aussi : Journées de la vision: Comment détecter les troubles de la vue chez les tout-petits?

>> A lire aussi : Hygiène bucco-dentaire: La bouche, reflet de notre santé générale