Marseille: Le retour du dangereux «Monsieur D.» inquiète les soignants des hôpitaux psychiatriques

SANTE Des renforts vont être mobilisés pour accueillir dans un hôpital psychiatrique marseillais ce patient dangereux, qui mesure plus de 2 mètres et pèse 100 kilos...

J.S.-M.

— 

Ce patient qui pose problème doit revenir la semaine prochaine au centre hospitalier Edouard Toulouse, à Marseille (photo d'archives).
Ce patient qui pose problème doit revenir la semaine prochaine au centre hospitalier Edouard Toulouse, à Marseille (photo d'archives). — P. Magnien / 20 Minutes
  • Une vingtaine de soignants de l'hôpital Edouard Toulouse ont manifesté ce mardi, devant le siège de l'ARS, à Marseille.
  • Ils s'inquiètent du retour dans leur hôpital d'un patient réputé très violent.
  • Des moyens supplémentaires ont été alloués.

Ce n’est pas tous les jours que des infirmiers psychiatriques se mobilisent contre le retour d’un patient. Une vingtaine de soignants se sont rassemblés ce mardi devant l’Agence régionale de la santé (ARS), à Marseille, « parce que le retour à Marseille de Monsieur D. nous inquiète énormément », lâche Audrey Jolibois, secrétaire du syndicat Force ouvrière de l’APHM (Assistance publique-Hôpitaux de Marseille).

Monsieur D., c’est un patient « connu depuis plus de 20 ans », qui souffre de troubles psychiatriques sévères et qui peut être très violent. Et qui, accessoirement, mesure plus de deux mètres et pèse environ 100 kilos. Il était dans une unité pour malades difficiles près de Lyon, dans le Rhône. « Là-bas, il était stabilisé, il était plutôt bien », assure Audrey Jolibois. Là-bas, il était « contenu », nous dit-on. Enfermé, comprend-on.

« Il est vraiment violent »

A l’unité psychiatrique Edouard-Toulouse, à Marseille, il sera mêlé aux autres patients, auprès de qui il peut être dangereux. Lors de ses précédents séjours dans des hôpitaux et unités marseillaises, cet homme a déjà menacé et agressé patients et soignants. Jusqu’à dix personnes ont parfois été nécessaires pour le maîtriser. « Il est vraiment violent », martèle Audrey Jolibois.

« Nous avons alloué à l’établissement des moyens financiers supplémentaires pour le prendre en charge », déclare ce mercredi matin un porte-parole de l’Agence régionale de santé. Ces moyens correspondent, grosso modo, au financement du poste d’un infirmier supplémentaire par vacation.

Préavis de grève

Et une promesse a été faite, dans le secret d’une réunion de crise, ce mardi : s’il « dérape » de nouveau, Monsieur D. sera définitivement placé dans une unité pour malades difficiles (UMD). Il n’existe pas d’UMD à Marseille. La plus proche se situe à l’hôpital Montfavet d’Avignon, dans le Vaucluse.

Les syndicats, eux, ont déposé un préavis de grève pour trois mois. Audrey Jolibois l’annonce : « s’il se passe quoi que ce soit avec Monsieur D., les personnels exerceront leur droit de retrait. »

>> A lire aussi : Vous travaillez à l'hôpital? Racontez-nous comme le manque de moyens influence votre quotidien

>> A lire aussi : Des punaises de lit aux urgences de la Timone... «C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase»

>> A lire aussi : Renforts aux urgences, soignants fatigués et patients inquiets... Comment la Timone a-t-elle géré la canicule ?