Les députés veulent taxer les aliments trop salés

PLATS INDUSTRIELS Les députés veulent imiter la taxe soda, qui limite la présence de sucre dans les boissons...

L.Br.

— 

Récolte de sel en Inde (image d'illustration).
Récolte de sel en Inde (image d'illustration). — ARUN SANKAR / AFP

« Ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé. » Après s’être attaquée aux sucres dans les sodas, la commission d’enquête sur l’alimentation industrielle se lance à l’assaut des produits trop salés.

Les industriels ont-ils la main trop lourde sur le sel ? C’est ce que pensent les membres de la commission parlementaire sur l’alimentation industrielle, présidée par Loïc Prudhomme (LFI). Selon Le Figaro, cette commission composée d’une vingtaine de députés va proposer d’instaurer une taxe sur les aliments les plus salés dans son rapport attendu pour la fin septembre.

Des effets néfastes sur la santé

Selon Michèle Crouzet (LREM), rapporteur de la commission, les Français consomment entre 10 et 12 grammes de sel par jour, soit deux fois plus que les 5 grammes recommandés par l’OMS. Cette mesure pourrait imiter la taxe soda, qui limite le sucre dans les boissons depuis 2013. « Rien ne justifie les doses que l’on trouve dans beaucoup de plats. (…) Très souvent, on peut enlever tout de suite 20 % de sel, sans conséquence sur le goût ou la sécurité », détaille-t-elle au Figaro.

Les effets néfastes du sel sur la santé ont été démontrés scientifiquement. Consommer régulièrement des aliments trop salés favorise des maladies, qui coûtent chaque année 12 à 15 milliards d’euros à l’Assurance maladie.