Tarn: Un cas de chikungunya importé détecté à Rabastens, une première dans le département

MOUSTIQUES La préfecture du Tarn a annoncé vendredi qu’une personne habitant Rabastens avait contracté le chikungunya. Il s’agit d’un cas importé…

N.S.

— 

Le moustiquetigre, ou Aedes albopictus, est l'un des vecteurs du chikungunya. Illustration.
Le moustiquetigre, ou Aedes albopictus, est l'un des vecteurs du chikungunya. Illustration. — F. Lodi / Sipa

D’après la préfecture du Tarn, il s’agit d’un cas importé et donc pas dû à la piqûre d’un moustique « autochtone ». Une personne a été diagnostiquée comme porteuse du chikungunya à Rabastens, une commune d’environ 5.500 habitants située à 40 km de Toulouse. « C’est la première affection de ce type qui touche le département », a indiqué vendredi la préfecture dans un communiqué.

Selon l’Institut Pasteur, le virus du chikungunya est transmis à l’homme par la piqûre du moustique tigre (Aedes albopictus) ou du moustique Aedes aegypti. Endémique en Asie du Sud-Est et en Afrique, elle est apparue en Europe en 2007. Des cas autochtones ont été recensés en France dès 2010.

Une campagne d’information lundi, démoustication mardi

Cette maladie provoque et des douleurs articulaires aiguës et souvent, entre autres, des maux de tête accompagnés de fièvre. « Par mesure de prévention, le lieu de résidence de la personne atteinte et les lieux qu’elle a fréquentés seront démoustiqués mardi 28 août 2018 au petit matin », annonce la préfecture du Tarn. Une campagne d’information est prévue lundi avec porte-à-porte et diffusion de brochures.

La démoustication se fera par « nébulisation », une pulvérisation très fine de produits adéquats. « Le temps de dispersion dans l’air est de quelques minutes seulement, précise le communiqué. Toutefois, pendant les interventions, il est recommandé à la population présente de rester à l’intérieur des habitations et de fermer les fenêtres. »