VIDEO. Plan santé: «On est tellement au fond du trou qu’une réforme ne peut que décevoir»... Le personnel hospitalier au bout du rouleau

VOUS TEMOIGNEZ Infirmiers, médecins, ils expriment leur ras-le-bol face au manque de moyens et leur défiance à la veille de la présentation ce mardi par Emmanuel Macron d'une «réforme globale» du système de santé...

Nils Wilcke

— 

Un membre du personnel soignant de l'hôpital public de Dijon, en mars 2017.
Un membre du personnel soignant de l'hôpital public de Dijon, en mars 2017. — KONRAD K./SIPA

EDIT : cet article a été publié initialement le 23 août 2018. A l'occasion de la présentation du plan Santé du gouvernement  et de la mobilisation des infirmières et infirmiers, nous republions ces témoignages de soignants qui expriment leur colère et leur épuisement face à leurs conditions de travail. 

« Le manque de moyen à l’hôpital est accablant ». Julien, médecin urgentiste dans le Nord, a déjà eu le temps de déchanter en seulement deux ans de métier. Comme lui, Marie, Lilie, Louise, Pierre et d’autres ont répondu à notre appel à témoignage. Ils racontent comment le manque de moyens dans les hôpitaux les épuise et pénalise les patients.

Des conditions intenables dont ils doutent que la réforme du système de santé dévoilée ce mardi par Emmanuel Macron  puisse venir à bout.

Saturation et explosion des tâches

« Quand je prends ma garde le matin à 8h30, j’ai déjà 32 patients en soin dont 28 n’ont rien à faire aux urgences. Et autant de patients qui vont arriver dans la matinée », raconte Julien. Un phénomène de saturation que Denis, infirmier dans un hôpital public parisien depuis dix ans, constate également dans son service. « Nous avons toujours plus de patients que de lits donc nous faisons sortir des patients encore malades pour faire de la place à des situations plus critiques ».

Louise, infirmière dans le service de chirurgie d’un CHU, déplore l’explosion des tâches : « Comme si c’était normal de s’occuper de douze patients tout en encadrant des étudiants, les visites des familles, brancarder des patients à des examens, faire de la gestion administrative, les commandes de matériel, médicaments, le rangement, les validations informatiques des soins… »

Ce n’est pas Lilie qui dira le contraire. Quand elle arrive le matin à 6h30, cette aide-soignante aguerrie après « trente-cinq ans de boîte » doit s’occuper de trente-deux patients avec deux collègues. En tout vingt bains de lit et quatre toilettes. Sans compter « quinze patients à faire manger ». Pas le temps d’une pause-repas ou d’avoir des rapports humains avec les patients, Lilie court. Tout le temps.

« Nous devenons maltraitants »

Un rythme de travail qui a des répercussions importantes sur les patients. « Nous sommes devenus des gestionnaires de lits, explique Denis. Par manque de temps nous devenons maltraitants. Il nous arrive d’oublier des patients qui sont discrets et nous ne pouvons pas toujours répondre à ceux qui nous sonnent ».

La qualité des soins pâtit de ce manque chronique de moyens.. « Nous n’avons même pas de gants de toilettes pour faire les toilettes des patients… On doit utiliser des surchaussures en plastique », s’indigne Plume, infirmière dans le public depuis douze ans. Louise, elle, travaille dans un service dont les patients sont souvent amputés. « Après l’opération, les premiers levers et mobilisations spécifiques doivent se faire par un kinésithérapeute. Par manque de personnel, aucun n’est réalisé par un kiné, mais par les aides-soignants ou infirmiers, qui ont appris sur le tas. Et Il n’y a pas forcément de fauteuils roulants disponibles ou de canne pour leurs déplacements ». Dans beaucoup de structures, les secrétaires administratives ne sont plus employées le week-end, faute de budget, alors les soignants doivent en plus gérer les entrées et l’accueil. Intenable.

Louise se désole : « Nous sommes devenus des robots, des usines à soins, à force, nous oublions que nous soignons un être humain, une personne avec une histoire, une vie et des attentes ». Julien est aussi témoin de scènes qu’il juge « intolérables ». « Que répondre à un patient qui est resté une dizaine d’heures sur un brancard dans le couloir et qui n’a pu être pris en charge, faute de soignants ? ».

Faire toujours plus avec toujours moins

La pression, elle, est plus que jamais présente. En jouant au besoin sur la culpabilité des soignants. « Nous ne sommes plus remplacés mais comme nous faisons tout pour garantir le minimum de soins aux patients, pour la direction, ça passe, témoigne Marie. Même les arrêts maladie ne sont plus remplacés ».

Parfois les petits détails en disent long sur l’humanité qui s’enfuit, la mise à mal de l’échange, de la convivialité. « Dernière économie en date, supprimer les collations des équipes du soir et de nuit (petit sandwich avec entrée et dessert), raconte Louise. Maintenant, on reçoit un petit pain, du beurre, une pomme. Le matin, le pain pour les équipes est aussi supprimé. Cela peut faire sourire, mais c’est diminuer les petites choses du quotidien ».

La vie personnelle menacée

Certaines dénoncent ni plus ni moins que des manquements au code du travail. « Lors d’un décès d’un proche on a pu me refuser le jour d’enterrement par manque d’effectif. J’ai dû réclamer un arrêt de travail », confie Denis, encore choqué par cet épisode. Lilie, elle, n’en peut plus de devoir négocier chaque jour de repos. Une fois, elle explique à son cadre administratif qui supervise les congés qu’elle ne peut pas remplacer une collègue absente car elle part en vacances. Elle s’entend répondre : « quelle égoïste vous faites ! ».

Pas étonnant que un numéro unique d’écoute et d’accompagnement ouvert aux professionnels de santé soit submergé. « Ecouter, c’est bien, agir, ce serait mieux, juge Pierre. Investir dans l’hôpital public pour offrir les meilleurs soins possible aux soignants ».

Faire revenir les médecins à l’hôpital

« On est tellement au fond du trou qu’une réforme ne peut que décevoir, explique Julien. ». Pour lui, il est urgent de « faire revenir les médecins à l’hôpital ». Il manque en effet 19.000 postes de médecins dans les services hospitaliers, selon le dernier rapport annuel du Centre national de gestion des praticiens hospitaliers (CNG). Une tendance qui sera difficile à enrayer. « Même si des moyens supplémentaires étaient débloqués pour embaucher des praticiens, cela prendra du temps car l’hôpital attire de moins en moins les candidats », estime le médecin.

A force de « subir », certains songent à raccrocher la blouse. « Pour moi, voir le temps de parler avec mon patient, prendre le temps de l’écouter, c’est ça mon métier. Maintenant on me demande une rentabilité », s’indigne Marie. « Des collègues ont déjà franchi le pas. Je connais une infirmière qui est partie. Depuis, elle a ouvert un pressing ». Tous s’interrogent sur la finalité de leur métier. « La santé doit-elle être un secteur bénéficiaire ? Je ne crois pas », dit Julien.