De plus en plus d'enfants intoxiqués au cannabis par accident

SANTE Le nombre de cas graves a été multiplié par cinq entre deux enquêtes, l'une menée entre 2010 et 2014 et la seconde entre 2015 et 2017...

O. G.

— 

Illustration de cannabis.
Illustration de cannabis. — AFP

Aucun décès rapporté, mais les chiffres inquiétants devraient encourager parents, grands-parents, oncles et baby-sitters à bien cacher leur réserve de cannabis… L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a dévoilé ce lundi une étude sur les intoxications au cannabis  par ingestion accidentelle d’enfants.

L'ANSM a mis en regard les données d’une première enquête réalisée en 2015 sur les données de 2010 à 2014 (60 mois) par le réseau des centres d’addictovigilance et les données du 1er janvier 2015 au 30 septembre 2017 (33 mois). Et cette comparaison prouve une nette augmentation.

Deux fois plus d’hospitalisations

En effet, selon le communiqué de l’ANSM, 140 cas entre 2010 et 2014 ont été découverts, contre 194 cas sur 33 mois. Soit 2,5 fois plus d’intoxications au cannabis. Même évolution du côté des hospitalisations, multipliée par deux. Lors de la première enquête (sur 60 mois), 120 enfants sur 140 ont été hospitalisés contre 140 enfants sur 194 lors de la seconde enquête (sur 33 mois). Et l’agence de préciser que « dix enfants ont été hospitalisés plus de 48 heures, dont un pendant 11 jours ».

Et le constat est également alarmant du côté des cas graves : leur nombre a été multiplié par cinq. C’est-à-dire ? Les enfants ont dû être admis en réanimation, avec mise en jeu du pronostic vital. Ce chiffre est passé de 9 enfants sur 140 (sur 60 mois) à 27 enfants sur 194 (sur 33 mois) lors de la seconde enquête.

Dans quel cadre ?

Ce sont principalement des enfants de moins de deux ans qui ingèrent du cannabis. Comment un tel accident peut-il arriver ? L’enquête dévoile que « ces intoxications surviennent le plus souvent dans un cadre familial, avec une recrudescence au cours de la période estivale et lors des fêtes de fin d’année ».

Quels signes doivent alerter les parents ? En cas de somnolence, agitation, mydriase (augmentation du diamètre de la pupille), hypotonie (diminution pathologique ou non du tonus musculaire), et plus rarement tachycardie, coma ou convulsions, ils doivent rapidement alerter le Samu.

>> A lire aussi : Mycoses, lésions, décoloration... Les dentistes mettent en garde contre les dangers du cannabis

>> A lire aussi : Le cannabis thérapeutique va être autorisé au Royaume-Uni