Vieillissement: Des chercheurs ont réussi à «rajeunir» des cellules humaines

ETUDE Grâce au sulfure d’hydrogène, des chercheurs britanniques ont réussi à enrayer le processus de vieillissement cellulaire…

20 Minutes avec agence

— 

Les chercheurs ont réussi à inverser le vieillissement de cellules humaines (illustration).
Les chercheurs ont réussi à inverser le vieillissement de cellules humaines (illustration). — Eric Cabanis AFP

La science a-t-elle fait un pas de plus vers la jeunesse éternelle ? Pas tout à fait mais la découverte de chercheurs de l’université d’Exeter (Royaume-Uni) laisse espérer un meilleur traitement des pathologies liées à l’âge.

Les scientifiques ont en effet montré les bienfaits du sulfure d’hydrogène (H2S) en laboratoire. Cette molécule gazeuse aurait un effet bénéfique sur les cellules, dont le fonctionnement se dérègle avec l’âge, expliquent les auteurs de l’étude publiée en juillet dernier dans la revue Aging.

Du sulfure d’hydrogène pour revigorer les cellules

Le sulfure d’hydrogène aide l’organisme à lutter contre le vieillissement et la sénescence des cellules, c’est-à-dire leur incapacité à se diviser et donc à fonctionner correctement. Or, avec l’âge, le taux d’H2S dans le sang diminue. Mais attention car, en forte quantité, la molécule à l’odeur désagréable de soufre est toxique.

Pour la réintroduire et restaurer un bon contrôle génétique cellulaire, il faut donc utiliser le sulfure d’hydrogène en dose limitée et au sein même des mitochondries, les usines génétiques des cellules, précise Futura. C’est ce qu’ont fait avec succès les chercheurs britanniques.

En freinant ainsi l’accumulation de cellules sénescentes, les spécialistes espèrent à terme lutter contre les maladies propres au vieillissement cellulaire. Et notamment dans les tissus cardiaques et vasculaires, où un recul de la sénescence permettrait de faire diminuer les dangers de troubles cardiovasculaires.

>> A lire aussi : Jeunesse éternelle: à bientôt 51 piges, il prolonge son contrat d'un an

>> A lire aussi : Etats-Unis: Des chercheurs ont réussi à intégrer des cellules humaines dans un embryon de mouton