Dépression: L'exercice physique est bon pour la santé mentale, et ça inclue le ménage

ÉTUDE Les sondés pratiquant une activité physique déclaraient moins de jours de « mauvaise santé mentale » que les autres…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'une jeune femme souffrant de dépression nerveuse.
Illustration d'une jeune femme souffrant de dépression nerveuse. — DURAND FLORENCE/SIPA

Pour réduire le risque de dépression, l’exercice physique est fortement recommandé​. Pratiquer un sport, marcher… et même faire le ménage, selon une étude publiée ce jeudi dans la revue The Lancet Psychiatry.

« Tous les types d’exercice physique ont été associés à une amélioration de la santé mentale », précisent ainsi les auteurs. Le bénéfice est tout de même plus marqué avec « les sports collectifs, le cyclisme, l’aérobic et le sport en salle de musculation ».

Trois jours de « mauvaise santé mentale » par mois

Les résultats de l’étude se basent sur des questionnaires soumis à plus de 1,2 million d’Américains entre 2011 et 2015. Les questionnaires dressaient une liste de 75 types d’activité physique incluant même le jardinage et la pêche. Les sondés devaient indiquer la régularité de cette activité dans leur vie, et combien de temps en moyenne chaque fois.

Une autre question était : « Si vous pensez à votre santé mentale, ce qui comprend le stress, la dépression et des problèmes émotionnels, combien de jours lors des 30 derniers n’a-t-elle pas été bonne ? ». Les sondés déclaraient en moyenne avoir environ 3 jours et demi de « mauvaise santé mentale » par mois.

Une conclusion purement statistique

Selon le communiqué accompagnant l’étude, « les personnes qui ont une activité physique font état de 1,5 jour de moins de mauvaise santé mentale par mois par rapport à celles qui n’ont pas d’activité ». La dose idéale d’exercice physique est de « 45 minutes trois à cinq fois par semaine ». Au-delà, le bénéfice baisse. Les sondés atteignant 3 heures de sport par jour déclaraient même une santé mentale moins bonne que ceux n’en faisant pas du tout.

Coordonnée par Adam Chekroud, chercheur en psychiatrie à Yale (États-Unis), l’étude est simplement statistique et n’établit pas de lien de cause à effet. La relation entre activité physique et réduction de la dépression « pourrait aller dans les deux sens : l’inactivité pourrait être un symptôme et un facteur de mauvaise santé mentale, et l’activité pourrait être un signe de résilience ou y contribuer », selon les chercheurs.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Le récit de la dépression d’une jeune maman devient viral sur les réseaux sociaux

>> A lire aussi : Sclérose en plaques: Une étude canadienne identifie plusieurs signes avant-coureurs de la maladie