Canicule: Agnès Buzyn dresse un bilan «plutôt rassurant» après deux semaines de températures élevées

TEMPERATURE Selon la ministre, les hôpitaux ont reçu entre 3 et 6% de patients supplémentaires à cause des fortes chaleurs...

20 Minutes avec AFP

— 

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, le 7 août 2018.
Agnès Buzyn, ministre de la Santé, le 7 août 2018. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

C’est un premier bilan « plutôt rassurant » qu’a dressé la ministre de la Santé après deux semaines de forte chaleur sur la France. Agnès Buzyn a toutefois appelé à « rester vigilant avec les personnes âgées » avant d’annoncer que l’alerte canicule allait être levée.

Alors que la France retrouve des températures plus fraîches, Agnès Buzyn a tiré les conclusions de la gestion médicale de la canicule. « Le bilan à ce jour est plutôt rassurant même si nous restons encore vigilants sur l’impact sur les personnes âgées, qui peut être un peu décalé dans le temps », a déclaré la ministre de la Santé lors d’une conférence de presse.

Une « petite » suractivité

En attendant « les chiffres définitifs de surmortalité que nous aurons en septembre », les différentes administrations n’ont fait remonter « aucun signal d’alerte inquiétant », a-t-elle assuré. Dans les hôpitaux, les services d’urgences ont enregistré « une petite suractivité », avec en moyenne « entre 3 % et 6 % des passages qui étaient réellement en lien avec la canicule ».

Ces recours « ont abouti à une hospitalisation dans 55 % des cas », une proportion qui a atteint « 80 % ces derniers jours pour les personnes âgées de plus de 75 ans ».

Des pompiers plus sollicités que d’habitude

Pour les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), Agnès Buzyn a indiqué n’avoir reçu « aucun signal d’alerte ». Un signe selon elle que « les méthodes de prévention mises en place après la canicule de 2003 […] ont très bien fonctionné ».

Les services dépendant du ministère français de l’Intérieur ont pour leur part fait état d’une « petite suractivité » des pompiers dans « une vingtaine de départements » et des chambres mortuaires dans trois départements, mais sans « tension caractérisée », a-t-elle ajouté. La ministre a cependant appelé à « rester vigilant avec les personnes âgées dans les deux, trois jours qui viennent » en raison du risque de décès pouvant survenir « plusieurs jours après l’épisode caniculaire ».

Dans l’immédiat, la ministre va « lever l’alerte » canicule et arrêter la diffusion de messages dans les médias nationaux dès mercredi.

>> A lire aussi : Pourquoi toutes les lignes de transports en commun ne sont-elles pas climatisées?

>> A lire aussi : Cinq astuces pour se protéger de la chaleur

>> A lire aussi : Pourquoi nous allons vers des canicules de plus en plus fréquentes