VIDEO. Maladie Alzheimer: Quatre médicaments et leurs génériques ne sont plus remboursés

SOINS Des associations de malades ont déposé un recours contentieux devant le Conseil d’État contre cet arrêté...

L.Br. avec AFP

— 

L'Aricept fait partie des quatre médicaments qui ne seront plus remboursés dès le 1er août.
L'Aricept fait partie des quatre médicaments qui ne seront plus remboursés dès le 1er août. — BERTRAND GUAY / AFP

A partir de ce mercredi, quatre traitements contre la maladie d'Alzheimer ne seront plus remboursés, annonce Le Parisien. En octobre 2016, un rapport de la Haute Autorité de santé préconisait cette décision, estimant que ces médicaments présentaient un « intérêt médical insuffisant pour justifier leur prise en charge ».

La décision avait été annoncée en amont, le 28 juillet. Publié au Journal Officiel le 1er juin, l’article prévoyait l’arrêt des remboursements dès le 1er août. Les quatre médicaments concernés sont l’Aricept (donépézil), l’Ebixa (mémantine), l’Exelon (rivastigmine) et le Reminyl (galantamine), et leurs génériques.

Un médicament porteur d’espoirs

France Alzheimer, mais aussi la Fédération des Centres Mémoire, la Fédération française de neurologie ou la Société française de neurologie, entre autres, ont déposé un recours contentieux devant le Conseil d’État contre cet arrêté, annoncent-ils dans un communiqué.

A l’époque de cette réflexion en 2015, la ministre de la Santé Marisol Touraine, avait mis une condition à cette décision : que soit mis en place un « protocole de soins élaboré par les scientifiques en lien avec les associations de patients ». Depuis, les réponses non médicamenteuses en plein développement, confirme Le Parisien. La recherche de traitements reste cependant un axe majeur : un médicament conçu et testé au Japon est l’objet de nombreux espoirs contre la maladie.

>> A lire aussi : «Le déremboursement des médicaments aura une incidence sur le parcours de soins du malade»

>> A lire aussi : Un test sanguin permettrait de détecter la maladie d'Alzheimer 30 ans avant son apparition

>> A lire aussi : Après un échec, le laboratoire AstraZeneca arrête de développer son traitement

>> A lire aussi : Landes. Un «village Alzheimer», pour «réduire les troubles du comportement et les prises de psychotropes»