Cancer: Dîner avant 21 h permet de limiter les risques

MALADIES Se coucher deux heures ou plus après avoir dîné réduirait de 26 % le risque de développer un cancer de la prostate chez les hommes…

20 minutes avec agence

— 

Un repas avec des verres de vin. (Illustration)
Un repas avec des verres de vin. (Illustration) — jill111 / Pixabay

Existerait-il un lien entre l’heure du dîner et le risque de développer tel ou tel cancer ? Selon une étude publiée mardi 17 juillet dans l’International Journal of Cancer, la réponse est oui.

Des chercheurs ont analysé les dossiers médicaux de 621 patients atteints d’un cancer de la prostate et de 1.205 patientes atteints d’un cancer du sein et les ont comparés à ceux d’un groupe en bonne santé composé de 872 hommes et 1 321 femmes.

Un sommeil perturbé

Selon les résultats de l’étude, les personnes qui allaient dormir deux heures ou plus après le dîner présentent une baisse de 16 % du risque de cancer du sein et de 26 % pour le cancer de la prostate. Par ailleurs, cet effet positif était encore plus prononcé chez les sujets qui suivaient les recommandations en matière de prévention du cancer.

« On sait que le corps fabrique des enzymes digestives qui vont réagir différemment en fonction de ce que l’on mange et de l’horaire », explique la diététicienne nutritionniste Hélène Brunengo. « Les mouvements intestinaux s’arrêtent à partir de 22 h 30. Si l’on dîne tard et riche […], cela nuira au sommeil. »

Diabète, obésité

Une étude publiée l’an dernier indiquait déjà que dîner tard sur une période de huit semaines augmentait le risque de diabète, d’obésité, d’athérosclérose ou de troubles cardiovasculaires.

Selon le docteur Réginald Allouche, « on digère assis droit ou debout… Marcher après un repas permet une meilleure vidange gastrique ». Le spécialiste recommande de se coucher au moins trois heures après le dîner.

>> A lire aussi : Montpellier: Vers un dépistage du cancer de la prostate par une simple prise de sang

>> A lire aussi : Cancer: Un grain de beauté artificiel pour détecter plus tôt les tumeurs