Crèmes solaires, vêtements anti-UV... Comment protéger au mieux ses enfants du soleil?

ETE Alors que les dermatologues alertent sur les hausse de cancers de la peau, voici quelques conseils pour bien protéger la peau des plus jeunes, tout en profitant du soleil...

Oihana Gabriel

— 

Les dermatologues conseillent d'équiper les plus jeunes d'un vêtements anti-UV pour se baigner.
Les dermatologues conseillent d'équiper les plus jeunes d'un vêtements anti-UV pour se baigner. — Pixabay
  • Le soleil, c'est chouette, le coup de soleil, moins. Surtout sur une peau fragile d'enfant. Alors quelques menus conseills avant de s'exposer sont toujours bons à prendre.
  • Selon un baromètre de l'Institut national du cancer, publié ce lundi, les parents connaissent les bon réflexes pour protéger les enfants... mais ne les appliquent pour eux-mêmes.
  • Mais face à la crainte des perturbateurs endocriniens, pas évident de savoir comment bien protéger ses enfants sans les empoisonner. 20 Minutes passe en revue cinq questions sur l'exposition et les protection des enfants au soleil.

Pour beaucoup de Français, c’est déjà ou bientôt sea, sex and sun… Mais pour les plus jeunes la morsure du soleil peut se payer cher. Au-delà des nuits sans sommeil, une brûlure dès le plus jeune âge laisse des traces. Selon le Baromètre cancer, publicé ce lundi, 78% des parents d'enfants de moins de 4 ans veillent à systématiquement leur mettre un chapeau, mais ils ne sont que 13% à le faire eux-mêmes. De même, l'exposition entre 12h et 16h est systématiquement évitée pour 62% des enfants mais seulement 20% des parents. Problème: beauocup croient que les coups de soleil de l'enfants s'effacent rapidement... « Le coup de soleil avec des cloques a l’air de se réparer en quelques jours, mais on le paie plus tard, car le corps a enregistré cette brûlure, corrige Isabelle Dousset-Faure, dermatologue et membre du Syndicat des dermatologues et vénéréologues (SNDV). En général, les mélanomes proviennent de brûlures pendant la petite enfance. » Sans tomber dans la psychose et la privation de soleil - bénéfique également pour notre organisme ne l’oublions pas-, voici quelques rappels et précisions pour éviter de retrouver ses enfants transformés en écrevisses.

Pour s'exposer au soleil, les plus petits doivent éviter le créneau 12h-16h et être bien couverts: chapeau, vêtements longs et lunettes.
Pour s'exposer au soleil, les plus petits doivent éviter le créneau 12h-16h et être bien couverts: chapeau, vêtements longs et lunettes. - Pixabay

Quand s’exposer ?

Pour Isabelle Dousset-Faure, inutile de préparer la peau des plus jeunes au soleil. « C’est même dangereux, car cela veut dire soit se mettre dans des cabines d’UV, ce qui ne prépare qu’au cancer, soit prendre des cachets, mais il n’existe aucune molécule ni par voie orale ni pas voie cutanée qui prépare au soleil », renchérit Claire Sibon, dermatologue à Paris. En revanche, pendant les vacances, vigilance. « La crème solaire, ce n’est pas le laissez-passer pour toute la journée au soleil », prévient la dermatologue membre du SNDV.

Comme toujours les spécialistes insistent : pas de bronzage entre midi et 16h, surtout chez les moins de 5 ans. Et les protections, c’est tous les jours. « La question importante, c’est la période de l’année, pas la météo. En juillet, il y a beaucoup d’UV. Ce n’est pas parce qu’on passe ses vacances en Bretagne et que c’est nuageux qu’on ne prend pas chapeau, crème et vêtements. »

C’est crème ou vêtements ?

« Pour les enfants en réalité, la vraie protection ce sont les vêtements, les crèmes solaires ne sont qu’un complément, reprend Isabelle Dousset-Faure. Il n’y a pas d’"écran total" ! » Dans un communiqué, le SNDV rappelle que même la couleur compte : le tee-shirt blanc mouillé laisse passer tous les UV, donc on choisit plutôt des habits sombres. Et les parasols ou les endroits ombragés laissent tout de même passer 50 % des UV. La dermatologue conseille ainsi d’investir dans des vêtements anti-UV « utiles, pratiques et qui sèchent aussi vite que des maillots de bain ».

Les dermatologues conseillent d'équiper les plus jeunes d'un vêtements anti-UV pour se baigner.
Les dermatologues conseillent d'équiper les plus jeunes d'un vêtements anti-UV pour se baigner. - Pixabay

« Et comme son nom l’indique, le maillot de bain sert à se baigner, mais on ne laisse pas les enfants légèrement vêtus pendant des heures sur la plage, reprend-elle. Il faut que les enfants aient les épaules couvertes et pas seulement à la plage d’ailleurs, dès qu’il se trouve dehors, quand il joue, fait du sport, se promène. »

Protéger ses enfants, ce n'est pas seulement à la plage: pendant le sport, les promenades, dans le jardin, il faut aussi les couvrir et leur mettre de la crème solaire.
Protéger ses enfants, ce n'est pas seulement à la plage: pendant le sport, les promenades, dans le jardin, il faut aussi les couvrir et leur mettre de la crème solaire. - Pixabay

Comment choisir sa crème solaire ?

A quoi faire attention quand on choisit sa crème solaire ? Evidemment, la crainte d’étaler sur l’intégralité du corps de son enfant un produit plein de perturbateurs endocriniens freine certains parents. Entre le cancer de la peau et la puberté à huit ans, on fait quoi ? « Le rapport bénéfice/risque, c’est tout vu : les UV sont cancérigènes, donc il vaut mieux mettre de la crème », tranche Claire Sibon. « On a des produits très sérieux d’une manière générale, rassure Isabelle Dousset-Faure. Si vous craignez les perturbateurs endocriniens, mieux vaut acheter votre crème en pharmacie et choisir des marques dermatologiques. »

Un critère de choix confirmé par untest d’UFC Que Choisir sur la sécurité des crèmes solaires : il semblerait que la marque Avène soit la plus sûre. Et qu’un prix élevé ne garantisse pas l’absence de produits toxiques : le spray de Lidl à 6,79 euros les 250 ml surplombe le classement de l’association. Et surtout, oubliez l’indice 15 sous prétexte que vous allez dans le Nord : de toute manière, il faut prendre de l’indice 50 pour les enfants.

Investir dans des crèmes labélisées « pour enfants », souvent plus chères, ça vaut le coup ? Une enquête de 60 millions de consommateurs de 2017 avait semé le doute : selon son test, les crèmes « kids » ne sont ni plus sûres, ni moins sûres que les autres et certaines marques, kids ou pas, contiennent des produits toxiques : perturbateurs endocriniens, allergisants… « Franchement, c’est plutôt du marketing », renchérit Isabelle Gousset-Faure. Le plus important, c’est donc de prendre la crème la plus protectrice pour toute la famille. Et la spécialiste de mettre en garde : « les crèmes minérales, sans filtre chimique, gardent souvent un aspect blanc, si l’enfant refuse de s’en servir, c’est dommage… »

illustration de crème solaire, à tartiner toutes les deux heures sur les enfants.
illustration de crème solaire, à tartiner toutes les deux heures sur les enfants. - Pixabay

Quand faut-il tartiner ?

« On met la crème avant d’aller à la plage, car c’est beaucoup plus difficile après, l’enfant ne prend pas le temps d’enlever son pantalon qu’il est déjà dans l’eau », sourit Claire Sibon. Histoire aussi que la crème pénètre le temps d’arriver en plein cagnard. « En principe, on répète qu’il faut se tartiner de crème solaire toutes les deux heures et une couche épaisse, même si ce n’est pas évident à définir », reconnaît Isabelle Dousset-Faure. « Et après chaque baignade car le waterproof, c’est pour le packaging mais après avoir bien séché l’enfant, il n’est plus protégé », complète sa collègue.

Faut-il réinvestir chaque été ? « On peut garder la même crème d’une année sur l’autre, répond Isabelle Dousset-Faure. Si elle a tourné, elle se décompose, elle dégage une odeur rance, on le voit vite. »

Les enfants doivent porter des lunettes de soleil dès l'âge de 6 mois.
Les enfants doivent porter des lunettes de soleil dès l'âge de 6 mois. - SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Et pour les enfants atteints de maladies de peau ?

Avant même les séances de bronzage, certains enfants doivent faire particulièrement attention à leur peau, notamment les 20 % d’enfants de moins de 7 ans qui souffrent d'eczéma… « Tout en respectant les précautions d’usage pour les enfants, en règle générale, le soleil améliore l’eczéma et le psoriasis, prévient Claire Sibon. Le soleil n’est donc pas contre-indiqué, même quand l’enfant suit un traitement avec une crème à la cortisone. » En revanche, pour plus de confort, la dermatologue conseille de choisir une plage avec une douche ou de prendre une grande bouteille d’eau douce pour éviter que le sel ne provoque des démangeaisons sur la peau abîmée.

« Par contre, pour l’acné, c’est l’inverse ! insiste la dermatologue parisienne. Le soleil reste un faux ami de l’acné : sur le coup on trouve que la peau va mieux, mais à la rentrée on fait face au rebond post-solaire. » Mieux vaut donc opter pour une crème 50 adaptée aux peaux acnéiques.

>> A lire aussi : Crème solaire: Protéger sa peau ou l’environnement… Faut-il choisir ?

>> A lire aussi : Semaine de sensibilisation au cancer de la peau: «On note une augmentation de 10 % des cancers cutanés par an»

>> A lire aussi : Peau: Comment soulager les personnes atteintes d’eczéma?