La brosse à dents nouvelle génération Y-Brush a été mise au point à Lyon par la société FasTeesH.
La brosse à dents nouvelle génération Y-Brush a été mise au point à Lyon par la société FasTeesH. — FasTeesH

INNOVATION

VIDEO. Un brossage de dents efficace en dix secondes? La promesse de deux innovateurs lyonnais

Ce produit, mis au point pendant trois ans avec des médecins et dentistes, est disponible depuis cette semaine en précommande…

  • Pendant trois ans, ces entrepreneurs Lyonnais ont réalisé des études et des tests pour mettre au point une brosse à dents nouvelle génération, efficace en seulement dix secondes de brossage.
  • La start-up FasTeesH a lancé cette semaine la commercialisation en précommande de son « Y-Brush », utilisable par les enfants et les adultes.
  • Cette technologie, brevetée, permet de se brosser les dents du haut puis du bas de manière simultanée.

Et si quelques secondes suffisaient pour brosser efficacement vos dents ? C’est la promesse d’Y-Brush, une brosse à dents nouvelle génération mise au point par deux Lyonnais et disponible depuis mardi en précommande en ligne. Trois ans de recherches et de développement ont été nécessaires pour concrétiser l’ingénieuse idée venue en 2015 à Benjamin Cohen alors qu’il regardait ses petits-cousins se brosser laborieusement les quenottes.

« Comme tous les enfants, ils avaient du mal à faire le bon geste et ne tenaient pas plus d’une minute à se brosser les dents avant d’aller se coucher », se souvient le fondateur de la start-up FasTeesH, installée au sein de l’incubateur de l’Ecam (école d’ingénieurs).

Le soir même, il décide de se chronométrer et réalise qu’il ne tient pas lui-même les deux minutes préconisées par les institutions de santé. « Les Français se brossent les dents en moyenne pendant 43 secondes », ajoute l’entrepreneur de 33 ans. Et un quart d’entre eux n’effectue ce geste d’hygiène qu’une fois par jour.

L’efficacité de la brosse sur la plaque dentaire testée pendant deux ans

Son idée en tête, il s’entoure de Christophe Cadot, un ingénieur de 29 ans devenu son associé, pour mettre au point la technologie qu’il imagine. « Notre Y-Brush, dont le fonctionnement est proche d’une brosse à dents électrique, se place sur les dents du haut puis du bas, comme un protège-dents. Elle est tapissée de poils en nylon, très fins, inclinés à 45 degrés, ce qui permet de nettoyer partout en profondeur », ajoute Benjamin Cohen.

Après cinq secondes de brossage en simultané des dents du haut totalement englobées, la brosse en forme de Y, disponible en quatre tailles (pour enfants et adultes), se positionne sur la dentition du bas pour 5 secondes de nouveau.

Pour mettre au point cette technologie, aujourd’hui brevetée, les entrepreneurs sont allés sonder dès le départ des chirurgiens-dentistes. « Ils ont tout de suite montré de l’intérêt », ajoute le trentenaire. L’étape la plus essentielle ensuite était de vérifier l’efficacité de ce brossage ultrarapide. Pendant plus de deux ans, des tests ont été réalisés in vitro, sur une réplique de mâchoire humaine.

Un second produit pour les structures médicales

« Nous voulions vérifier son efficacité sur la plaque dentaire. Nous avons obtenu de très bons résultats », assure l’entrepreneur. Puis une série de tests a été menée sur une centaine d’utilisateurs volontaires pour mesurer son confort d’utilisation et son efficacité. Selon la start-up, ces tests ont démontré que Y-Brush retire 15 % de plaque dentaire en plus que lors d’un brossage traditionnel de 2 minutes.

La brosse à dent nouvelle génération Y-Brush a été mise au point à Lyon par la société FasTeesH.
La brosse à dent nouvelle génération Y-Brush a été mise au point à Lyon par la société FasTeesH. - FasTeesH

Cette brosse à dents, vendue 65 euros dans le cadre d’une campagne grand public lancée sur Kickstarter, semble séduire le grand public. « Nous aurons atteint ce vendredi soir notre objectif de précommandes pour un montant de 25.000 dollars », ajoute le Lyonnais. Les premières brosses à dents devraient être livrées en avril. Dès septembre, un second produit similaire mais destiné aux personnes en incapacité de se brosser les dents (handicapées, âgées ou hospitalisées) devrait également arriver dans des structures médicalisées intéressées par la technologie.

Pour la start-up, dont l’équipe dirigeante est notamment composée d’un dentiste, l’enjeu des prochains mois est de se développer rapidement pour être en mesure de répondre à la demande. Après un investissement en fonds propres de 40.000 euros et une levée de fonds qui a permis de mettre au point la technologie et de financer la fabrication, les entrepreneurs prévoient de faire de nouveau appel à des investisseurs en 2019. « Nous prévoyons une croissance rapide sur le marché français et international », ajoute Benjamin Cohen, qui vise l’équilibre financier en 2021.

>> A lire aussi : Soins dentaires, qu'est-ce que l'accord sur le reste à charge va changer pour les patients?