La Réunion: Le préfet déclenche le niveau 4 du plan Orsec contre la dengue

INFECTION Ce niveau d’alerte prévoit un renforcement de la mobilisation et de la prévention contre le moustique vecteur de la maladie…

20 Minutes avec agences

— 

Aedes aegypti est une espèce de moustique qui est le vecteur principal de la dengue, de la zika, de la chikungunya et de la fièvre jaune
Aedes aegypti est une espèce de moustique qui est le vecteur principal de la dengue, de la zika, de la chikungunya et de la fièvre jaune — Felipe Dana/AP/SIPA

La Réunion n’est pas loin d’une épidémie de dengue au vu de la propagation de la maladie sur l’île depuis quelques mois. Le préfet a déclenché ce mardi le niveau 4 – le dernier avant l'«  épidémie de masse » – du plan Orsec contre cette maladie.

Concrètement, ce dispositif prévoit un renforcement de la mobilisation et de la prévention contre les moustiques. Des répulsifs vont être distribués aux personnes particulièrement vulnérables.

Dernier niveau avant l’épidémie de masse

Des actions de communication vont aussi être menées auprès de médecins, laboratoires et du public. Plus de contrats aidés « Parcours emploi compétence » (Pec), financés à hauteur de 80 à 90 % par l’État, seront attribués aux associations spécialisées dans le nettoyage de l’espace public. Le niveau 4 du plan Orsec prévoit également l’activation du régiment du service militaire adapté (RSMA) en appui des actions de lutte.

La dengue continue de gagner du terrain sur l’île alors que l’hiver austral, une saison normalement peu propice aux moustiques, est arrivé en juin. 5.970 cas de dengue confirmés ont été recensés et 124 malades ont dû être hospitalisés depuis le début de l’année. Des chiffres qui seraient pourtant en deçà de la réalité.

Risque d’une « explosion épidémique »

« Les médecins reçoivent en consultations beaucoup de patients présentant les symptômes de la dengue », assure Luce Menudier, épidémiologiste pour Santé publique France. « Nous sommes à plus de 18.000 consultations pour dengue ».

Le principal risque est donc une « explosion épidémique au cours de l’été prochain », explique Marie-Amélie Vauthier Bardinet, directrice de cabinet du préfet de La Réunion. « L’idée est de profiter de la saison froide pour éradiquer le virus ».

>> A lire aussi : Gironde: Des abris à hirondelles installés pour lutter contre la prolifération de moustiques

>> A lire aussi : Gironde: Un cas importé de dengue détecté sur la presqu'île d'Ambès