VIDEO. Décès d'une adolescente dû à la rougeole: Pourquoi le virus est-il en recrudescence?

SANTE Une adolescente est décédée à Bordeaux après avoir contracté le virus de la rougeole…

A.B.

— 

Mieux vaut faire vacciner son enfant pour éviter qu'il ne contracte la maladie.
Mieux vaut faire vacciner son enfant pour éviter qu'il ne contracte la maladie. — LIONEL CIRONNEAU/AP/SIPA
  • A Bordeaux, une adolescente de 17 ans a succombé aux complications neurologiques apparues après qu'elle a contracté le virus de la rougeole.
  • Il s’agit du troisième décès en France dû à la rougeole, et du deuxième en Nouvelle-Aquitaine, après celui d’une femme de 32 ans au CHU de Poitiers en février.
  • Le virus, en recrudescence en France depuis quelques années, fait l'objet d'une couverture vaccinale insuffisante.

La rougeole a fait une nouvelle victime. Ce vendredi l’Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle Aquitaine annonce avoir « été informée par le CHU de Bordeaux du décès d’une jeune fille de 17 ans des suites de complications neurologiques provoquées par la rougeole ». Si la région n’est plus en phase d’épidémie, l’ARS appelle toutefois à la vigilance. La cause ? « La couverture vaccinale contre la rougeole reste insuffisante en Nouvelle Aquitaine et de nouveaux foyers peuvent donc apparaître. »

Quelle est la progression de la rougeole aujourd’hui en France et plus spécifiquement en Nouvelle Aquitaine ?

Depuis le 6 novembre 2017, 2.567 cas de rougeole ont été confirmés en France, dont 1.096 en Nouvelle Aquitaine. Un cas sur quatre a nécessité une hospitalisation, douze patients ont été transférés en réanimation et deux sont décédés, soit trois au total dans l’hexagone. Outre l’adolescente, les deux autres cas concernaient un jeune homme de 26 ans, qui a perdu la vie le 27 juin dernier, et une femme de 32 ans décédée au CHU de Poitiers le 13 février dernier. « Près de 90 % de ces cas n’étaient pas ou insuffisamment vaccinés », insiste l’ARS de Nouvelle Aquitaine, pour qui « le combat pour la vaccination continue ».

Dans la région, « l’épidémie est en déclin depuis fin mars et aujourd’hui, avec moins de 10 cas confirmés par mois, elle est considérée comme terminée », précise l’agence de santé.

Quels sont les symptômes et les complications associés à la rougeole ?

La rougeole est un virus extrêmement contagieux. « La transmission se fait essentiellement par voie aérienne et le virus se transmet soit directement auprès d’un malade soit parfois indirectement en raison de la persistance du virus dans l’air ou sur une surface contaminée par des sécrétions naso-pharyngées », explique l’Institut de veille sanitaire (InVS). Dans la plupart des cas, «on observe une forte fièvre, qui apparaît une dizaine de jours après l’exposition au virus, expliquait il y a quelques mois à 20 Minutes le Pr Daniel Floret, professeur de pédiatrie et ancien directeur du  Comité technique des vaccinations, rattaché à la  Haute autorité de santé (HAS). Nez qui coule, toux et yeux rougis sont les symptômes les plus fréquents. Puis apparaît l’éruption cutanée, qui se manifeste d’abord sur le visage et le haut du cou avant de s’étendre au reste du corps. Il s’agit de petites plaques rouges qui disparaissent après quelques jours».

Fréquemment, la rougeole s’accompagne de complications bénignes, généralement d’ordre respiratoire. Toutefois, dans les cas les plus graves, les complications associées à la rougeole peuvent entraîner « des diarrhées sévères, des pneumonies, la cécité, voire des encéphalites », complétait Daniel Floret.

Comment se prémunir contre la maladie ?

A ce jour, il n’existe pas de traitement de la rougeole. « La seule façon de s’en prémunir, de se protéger soi et de protéger les autres, est de se faire vacciner », rappelait ainsi le Pr Floret. Pas encore immunisés faute d’avoir l’âge de recevoir les deux injections du vaccin contre la rougeole, les bébés de moins d’un an sont particulièrement vulnérables face au virus. Ainsi que les adolescents et jeunes adultes qui ne sont pas vaccinés ou pas à jour de leur vaccin. Parmi ces derniers, ceux qui ont échappé à la rougeole ont un risque très élevé de contracter la maladie s’ils sont en contact avec le virus.

Car la résurgence de la maladie en France est la conséquence directe de la couverture vaccinale insuffisante dans le pays. Or, pour éradiquer la maladie, il faudrait que la couverture vaccinale atteigne le seuil de « 95 % de la population », soulignait le Pr Floret. Un objectif qu’il est dangereux de ne pas atteindre, car « en l’absence de vaccination, rappelle l’ARS de Nouvelle Aquitaine, une personne atteinte de la rougeole peut en contaminer jusqu’à vingt autres ».

Mots-clés :

Aucun mot-clé.