Parcs sans tabac: La cigarette bientôt bannie de tous les espaces publics?

TABAC La ville de Strasbourg a banni la cigarette de ses parcs publics et Paris réfléchit à la création de zones sans tabac dans les parcs de la capitale…

A.B. avec AFP

— 

Tous les parcs strasbourgeois sont désormais non fumeurs.
Tous les parcs strasbourgeois sont désormais non fumeurs. — Abdesslam MIRDASS/SIPA
  • La ville de Strasbourg a banni la cigarette de ses six plus grands parcs publics depuis ce dimanche.
  • Au Conseil de Paris, le groupe Radicaux de gauche, centre et indépendants (RGCI) va déposer un vœu allant en ce sens.
  • Pour les associations anti-tabac, il s’agit de protéger la santé des non-fumeurs, en particulier dans les espaces publics fréquentés par les enfants.

Des parcs sans tabac. C’est ce que découvrent les Strasbourgeois, avec l’entrée en vigueur ce dimanche d’une décision du conseil municipal d’interdire la cigarette dans les espaces verts de la ville. Une mesure qui pourrait être imitée à Paris, alors que le groupe Radicaux de gauche, centre et indépendants (RGCI) va déposer un vœu au Conseil de Paris, en faveur de zones sans tabac dans les parcs de la capitale. L’initiative, qui pourrait faire des petits dans l’hexagone, ravit autant les anti-tabac qu’elle énerve les fumeurs.

Protéger la santé des non-fumeurs dans les espaces publics

Pour les non-fumeurs, l’aménagement de zones sans tabac est forcément très bien perçu. Dans les parcs strasbourgeois, où de discrètes pancartes blanches et vertes annoncent la couleur, la nouvelle fait des heureux. « Quand on se promène dans un parc, c’est qu’on recherche une certaine qualité de l’air, un environnement plus sain que ce qu’on trouve en ville, donc je trouve qu’on n’a pas besoin de se faire incommoder par la fumée de cigarette des autres », confie à l’AFP une promeneuse dans le parc de l’Orangerie, le principal jardin de Strasbourg.

« Cette mesure s’inscrit dans le contexte plus général de toutes les pollutions tabagiques que peuvent subir les non-fumeurs au quotidien dans certains endroits, comme les terrasses de cafés et restaurants, les abribus, ainsi que les parcs publics, explique Gérard Audureau, porte-parole de l’association des Droits des non-fumeurs (DNF). C’est insupportable, en particulier dans les jardins publics, particulièrement fréquentés par les enfants. Dans ce cadre, il y a un devoir d’exemplarité à l’égard du jeune public sur le terrain de la lutte anti-tabac : offrir aux enfants un cadre où leurs modèles, leurs parents – mais aussi les autres promeneurs —, ne fument pas à côté d’eux au parc est une bonne action de prévention, en plus de les protéger du tabagisme passif. C’est d’ailleurs l’une des vocations de notre association qui, aux côtés de la Ligue contre le cancer, lutte pour l’interdiction du tabac dans les lieux accueillant du public, dans le but de protéger la santé des non-fumeurs ». Car les enfants « ont tendance à vouloir reproduire ce qu’on fait, abonde Adeline, ancienne fumeuse, donc si on peut essayer de ne pas leur montrer ça, c’est bien. C’est tellement compliqué d’arrêter ».

De plus en plus de parcs et plages sans tabacs

D’après la municipalité de Strasbourg, là où on ne fume pas dans les parcs, on fume moins tout court. Avec cette décision votée à l’unanimité par le conseil municipal, la capitale alsacienne devient la première grande ville française à élargir à ses parcs et jardins publics l’interdiction, déjà existante au niveau national, de fumer dans les aires de jeux.

Élaborée avec la Ligue contre le cancer, la mesure « parcs sans tabac » va être appliquée progressivement : d’abord aux six grands parcs de la ville, puis généralisée à tous les espaces verts publics. « Nous devons protéger les enfants et la première démarche est la sensibilisation », insiste Gilbert Schneider, président du comité départemental de la Ligue contre le cancer du Bas-Rhin. Une décision qui pourrait être imitée à Paris, où le groupe RGCI compte plaider au Conseil de Paris en faveur de la création de zones sans tabac dans les parcs parisiens.

Mais il n’y a pas que dans les parcs publics que le tabac est combattu. A Nice, comme à Saint-Malo, Biarritz ou encore Ajaccio, de nombreuses municipalités ont aménagé des plages sans tabac, sur lesquelles il est totalement interdit de fumer.

« On ne peut plus fumer nulle part ! »

Mais auprès des fumeurs, la mesure a du mal à passer. « On ne peut plus fumer nulle part ! », s’énerve auprès de l’AFP Antoinette, une promeneuse qui surveille son petit garçon de deux ans. « C’est en plein air ! Les fumeurs, on se met déjà en retrait dès qu’il y a des enfants ou des non-fumeurs », considère la jeune femme.

Nathalie, adepte du tabac à rouler, n’est « pas contre » cette interdiction de fumer dans les parcs, mais « regrette qu’il n’y ait pas plus de poubelles et de cendriers », insiste-t-elle.

Se donner les moyens de faire respecter l’interdiction

Les parcs sans tabac, non-fumeurs et associations anti-tabac s’en réjouissent, mais encore faut-il que l’interdiction soit respectée pour que la mesure ne vire pas au coup d’épée dans l’eau. « L’année dernière, les 3.000 policiers de la brigade anti-incivilités ont dressé 2.000 contraventions à l’encontre de personnes qui avaient jeté leur mégot parterre, indique Gérard Audureau. Une loi claire permet de se donner les moyens de faire respecter l’interdiction de fumer dans certains endroits publics ».

Dans les parcs strasbourgeois, il n’est pas encore question de distribuer des PV aux fumeurs. La municipalité compte d’abord faire preuve de pédagogie et de dialogue, avec le recrutement de « médiateurs santé-tabac » pour aller à la rencontre des fumeurs et faire passer le message en douceur. Au besoin, des amendes de 68 euros pourraient commencer à tomber en 2019. Robert, 54 ans, préfère aborder l’interdiction de fumer avec philosophie et pragmatisme, et en profite pour se lancer un défi : « Je vais essayer d’arrêter de fumer ».

>> A lire aussi : Paris: Vers des zones sans tabac dans les parcs parisiens?

>> A lire aussi : Strasbourg: «Si ça peut éviter de se retrouver enfumé par la clope des autres...», les internautes réagissent à la fin du tabac dans les parcs