Cancers: Les hôtesses de l'air, stewards et pilotes sont plus exposés que le reste de la population

MALADIES Chez les membres d’équipage des compagnies américaines, 3,4 % ont été diagnostiqués d’un cancer du sein, contre 2,3 % seulement dans la population générale…

20 Minutes avec agences

— 

Une hôtesse de l'air de la compagnie russe Aeroflot (illustration).
Une hôtesse de l'air de la compagnie russe Aeroflot (illustration). — Гагыдза/Wikimedia Commons

L’avion serait-il cancérigène ? Les personnels navigants des compagnies aériennes américaines présentent des taux plus élevés de certains cancers que la population générale, selon une étude publiée ce mardi dans la revue Environmental Health.

Cette fréquence plus élevée de cancers pourrait être liée au nombre d’années passées à travailler à bord. Selon les chercheurs, sur les 5.366 agents de bord ayant participé à l’étude, un peu plus de 15 % ont déjà été diagnostiqués d’un cancer. Plus de 80 % des équipages dont les données ont été analysées dans l’étude étaient des femmes dans la profession depuis peu plus de 20 ans.

Le cancer du sein particulièrement favorisé

Parmi les tumeurs plus présentes chez les hôtesses, stewards et pilotes, on trouve le cancer du sein (3,4 % chez les membres d’équipage contre 2,3 % dans la population générale), le cancer de l’utérus (0,15 % contre 0,13 %), du col (1,0 % contre 0,70 %) ou encore les cancers gastro-intestinaux (0,47 % contre 0,27 %) et de la thyroïde (0,67 % contre 0,56 %).

L’étude montre une association entre chaque augmentation de cinq années comme hôtesse de l’air et le cancer de la peau chez les femmes. Si la durée de travail en vol n’est pas associée au cancer du sein, de la thyroïde ou au mélanome, elle semble cependant avoir un lien de causalité avec le cancer du sein chez les femmes nullipares (n’ayant jamais eu d’enfant) et chez celles ayant trois enfants ou plus.

Tabagisme passif

« Ceci peut être dû à une combinaison de sources de perturbation du rythme circadien (rythme biologique sur 24h) – comme la privation de sommeil et des horaires irréguliers – à la fois à la maison et au travail », explique la Dr Irina Mordukhovich, coauteure de l’étude.

Les stewards présentaient des taux plus élevés de mélanome et autres cancers de la peau (1,2 % et 3,2 % chez les membres d’équipage pour 0,69 % et 2,9 % dans la population générale). C’était particulièrement chez ceux exposés au tabagisme passif quand il était encore permis de fumer à bord, jusqu’en 1998.

>> A lire aussi : Montpellier: Vers un dépistage du cancer de la prostate par une simple prise de sang

>> A lire aussi : Mauvaises graisses: L’OMS veut interdire les acides gras trans industriels