Hôpitaux: Les soignants ont de moins en moins de temps pour prendre soin des malades

SONDAGE L'organisation de travail crispe les patients et démotive complètement les soignants, provoquant stress et dépression…

20 minutes avec agence

— 

Illustration d'un hôpital.
Illustration d'un hôpital. — Pixabay

Le personnel soignant des hôpitaux français déplore le manque de temps qui leur est accordé pour s’occuper des patients et de leurs proches. C’est le résultat d’un sondage réalisé par Odoxa et relayé par Le Figaro ce lundi.

Ainsi, sept infirmiers et aides-soignants sur dix et un médecin sur deux estiment ne pas avoir assez de temps pour parler aux malades. « Ces dernières décennies, ce temps a été réduit au profit de tâches administratives, des réunions », déplore Jean Thévenot, président du Programme Aide Solidarité Soignant (PASS).

Crispation et surmenage

« Quand le temps dédié aux soins commence à manquer, les médecins se consacrent moins à l’explication des médicaments ou d’un acte chirurgical, ce qui créé de la crispation chez le patient et menace sa bonne adhésion au traitement », poursuit-il.

Une organisation qui a aussi un impact sur les soignants qui se sentent surmenés et démotivés, avec à la clé de réels risques psychosociaux, la multiplication de pétitions, manifestations et grèves des employés.

Une hiérarchie sourde

Autre conséquence, 84 % des participants au sondage disent avoir « parfois », « souvent » ou « toujours » peur de commettre des erreurs par manque de temps. Une crainte susceptible de générer du stress, menant à de la dépression et des idées suicidaires.

Le malaise est d’autant plus profond que les professionnels de la santé hospitalière ne se sentent ni soutenus ni compris par leur hiérarchie. Une très grande majorité des personnes interrogées explique que la direction des hôpitaux n’est pas à l’écoute de leurs difficultés et ne fait rien pour remédier à celles-ci.

>> A lire aussi : VIDEO. Toulouse: Des salariés de l'hôpital mettent en scène (et sur un air d'Orelsan) leur ras-le-bol

>> A lire aussi : Nantes: La clinique Brétéché à nouveau perturbée par une grève