L'OMS veut retirer la transidentité de la liste des troubles mentaux

TRANSITION Le vote de ce nouveau document, qui n’avait pas été mis à jour depuis les années 1990, doit avoir lieu en 2019…

20 Minutes avec AFP

— 

Le siège de l'OMS à Genève en Suisse (image d'illustration).
Le siège de l'OMS à Genève en Suisse (image d'illustration). — FABRICE COFFRINI / AFP

La décision marquera un tournant dans la perception des personnes trans. L'OMS souhaite retirer la  transidentité, le fait d’avoir le sentiment d’appartenir au sexe opposé, de la liste des maladies mentales. Les pays membres de l’organisation doivent voter en 2019.

Le document sera présenté à l’Assemblée mondiale de la Santé, en mai 2019 à Genève, pour adoption par les Etats membres, et entrera en vigueur le 1er janvier 2022. Cette version de la Classification internationale des maladies (CIM), publiée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), n’avait pas été mise à jour depuis le début des années 1990.

La nouvelle classification comporte de nouveaux chapitres, dont un consacré à la santé sexuelle. Il recouvre des affections auparavant classées ailleurs, comme l'« incongruence de genre », à savoir le transsexualisme, classée jusqu’alors avec les troubles mentaux.

Réduire la stigmatisation des transsexuels

L’un des « très gros problèmes » est que « le fait de lier [la transidentité] aux maladies mentales est stigmatisant », a expliqué mardi Lale Say, en charge du département Santé reproductive et recherche à l’OMS.

Aussi, l’OMS s’attend à ce que la nouvelle classification de la transidentité « réduise la stigmatisation, ce qui pourrait contribuer à une meilleure acceptation de ces personnes par la société (…) et même augmenter leur accès aux soins de santé », a-t-elle dit. En février 2010, la France avait été le premier pays au monde à sortir la transidentité de la liste des affections psychiatriques.

La nouvelle classification de l’OMS - la CIM-11 - prévoit également un nouveau chapitre sur la médecine traditionnelle. Alors que des millions de personnes y ont recours dans le monde, elle n’avait jamais été répertoriée dans ce système.

>> A lire aussi : VIDEO. Coming out trans. «Océan était dans le déni de sa transidentité, il ne pouvait plus attendre pour vivre sa vie pleinement»

>> A lire aussi : VIDEO. Transgenres, transsexuels, transition... Le glossaire pour s'y retrouver dans la transidentité

>> A lire aussi : Le combat d'une journaliste trans contre la Sécu pour toucher sa retraite complète