Dépression: Le travail est une cause majeure pour 58% des Français, selon un sondage

BURN-OUT À peine plus de la moitié des sondés seraient prêts à évoquer leurs troubles dépressifs sur le lieu professionnel, notamment avec la médecine du travail…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration sur le stress et la dépression au travail.
Illustration sur le stress et la dépression au travail. — CLOSON/ISOPIX/SIPA

Plus d’un Français sur deux (56 %) cite la pression au travail et les problèmes de management comme principaux éléments déclencheurs d’une dépression et 28 % des sondés indiquent souffrir ou avoir souffert de dépression, selon un sondage réalisé par Odoxa en avril dernier auprès de 2.026 personnes en France, relayé par Le Figaro.

Cette maladie psychique reste un sujet tabou particulièrement sur le lieu de travail : 69 % des personnes salariées seraient ainsi prêtes à évoquer un cancer à la médecine du travail, alors que pour une dépression, le chiffre tombe à 58 %.

Une vision de la dépression en pleine mutation

« Ça tient à ce que vous pouvez vous reprocher, analyse le psychiatre Raphaël Gaillard. Un cancer, c’est la faute à pas de chance, alors que dans la dépression, on considère que c’est vous-même qui vous fracturez ». Le médecin explique qu'« obtenir un travail et le garder est vécu comme une pression majeure, alors qu’il est aussi une modalité d’accomplissement de chacun ».

L’image de la dépression, auparavant vue comme un signe de faiblesse psychologique, est en train de changer. Ainsi, 76 % des personnes interrogées jugent que ce trouble requiert un accompagnement médical et psychologique. Une évolution qui pourrait encore s’accélérer si des célébrités ou des personnalités de premier plan souffrant de dépression évoquaient publiquement leur situation.

>> A lire aussi : VIDEO. Souffrance au travail: Que changerait la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle?

>> A lire aussi : Reconnaissance des souffrances psychiques au travail: «Les salariés se sont simplement emparés de leurs droits»