La Dépakine et ses dérivés interdits pour les femmes enceintes et celles en âge de procréer

GROSSESSE La molécule provoque d’importantes malformations congénitales chez le fœtus…

20 Minutes avec agences

— 

La dépakine est un médicament anti-épilepsie.
La dépakine est un médicament anti-épilepsie. — LODI Franck/SIPA

Grossesse et valproate ne font pas bon ménage. Ce 12 juin, l’Agence du médicament (ANSM) alerte sur les dangers du valproate chez la femme enceinte. Cette molécule est utilisée pour soigner l’épilepsie (sous le nom de Dépakine) et les troubles bipolaires (sous le nom de Dépakote et Dépamide).

Problème, elle entraîne « un taux élevé de malformations (plus de 10 %) et/ou de troubles neuro-développementaux (30 - 40 %) chez les enfants exposés pendant la grossesse ».

Risque élevé de malformation congénitale

Pour ces raisons, la molécule était déjà contre-indiquée pour traiter les troubles bipolaires chez les femmes enceintes ou susceptibles de le devenir. Désormais, elle le sera aussi pour l’épilepsie, sauf « dans des situations exceptionnelles d’épilepsie résistante aux autres traitements », précise l’ANSM.

En 2014, l’Agence européenne des médicaments (EMA) avait déjà tiré le signal d’alarme, en révélant que 11 % des enfants exposés au valproate in utero souffraient de malformations, soit un taux quatre fois supérieur à la normale. Par ailleurs, selon une première évaluation de l'Agence du médicament et de l'Assurance-maladie, publiée en avril 2017​, entre 2.150 et 4.100 enfants ayant été exposés au valproate pendant la grossesse entre 1967 et 2016 souffrent d’au moins une malformation congénitale majeure.

« Valproate + grossesse = interdit »

En juillet 2017, l’ANSM a donc décidé de contre-indiquer ce traitement pour les troubles bipolaires. L’interdiction sera étendue à tout le territoire de l’Union européenne dès la fin du mois de juin.

En attendant, les autorités de santé françaises ont apposé « des mises en garde et des pictogrammes sur les boîtes de Dépakote et de la Dépamide ». « On peut y lire : Valproate + grossesse = interdit. Ne pas utiliser chez les femmes en âge de procréer et sans contraception efficace, ou enceintes ». La mention figurera bientôt également sur les boîtes de Dépakine et de ses génériques.

>> A lire aussi : Scandales des médicaments: L’appel des victimes à Agnès Buzyn pour en finir avec les «bricolages»

>> A lire aussi : Dépakine: Les premiers dossiers d'enfants malformés ou autistes examinés ce jeudi par l'Office d'indemnisation

>> A lire aussi : La Dépakine a causé entre 2.000 et 4.000 cas de malformations majeures depuis 1967