La Réunion: L'épidémie de dengue ne faiblit pas, plus de 4.600 cas confirmés

MALADIE Entre 300 et 400 nouveaux cas sont recensés chaque semaine dans l’ouest et le sud de l’île…

20 Minutes avec agences

— 

Le moustique tigre est responsable de l'épidémie de dengue qui sévit actuellement à La Réunion. (illustration)
Le moustique tigre est responsable de l'épidémie de dengue qui sévit actuellement à La Réunion. (illustration) — LODI FRANCK/SIPA

Malgré l’hiver austral qui aurait dû réguler la population d’insectes, l’épidémie de dengue, qui a démarré début janvier à La Réunion, ne faiblit pas. Pas moins de 4.604 nouveaux malades ont été confirmés depuis le début de l’année.

La préfecture a indiqué mardi dans un communiqué que la progression de la maladie se poursuit « dans l’ouest et le sud à un niveau constant, toujours aux alentours de 300 à 400 cas par semaine. La mobilisation de tous est nécessaire durant l’hiver austral pour freiner cette dynamique et éviter une épidémie de plus grande ampleur au cours de l’été prochain ».

Opérations de démoustication

La dengue est transmise à l’homme par le moustique tigre. La préfecture assure que des opérations de démoustication sont réalisées « autour du domicile des personnes malades signalées par les médecins ou les laboratoires, et dans les zones connues de circulation du virus ». L’objectif est de « réduire les populations de moustiques adultes dans ces zones et, ainsi, d’éliminer les insectes déjà infectés ou susceptibles de le devenir ».

Dans les zones les plus touchées comme à Saint-Paul, « les opérations de pulvérisation spatiale de nuit sont privilégiées », a indiqué la préfecture. Des interventions menées grâce à des appareils de pulvérisation montés sur des véhicules pick-up. Dans les zones peu touchées, les traitements sont menés « en porte à porte de jour » dans les cours et jardins des particuliers grâce à des appareils portés à dos d’homme.

>> A lire aussi : La Réunion: Une épidémie de dengue «sans précédent», l'OMS s'alarme

>> A lire aussi : Moustique tigre: Non, il n’y a pas d’alerte rouge