Un enfant sur trente devrait être conçu grâce à la PMA en France cette année

GROSSESSE La fécondation in vitro est la technique la plus utilisée puisqu’elle représente « 70 % des enfants conçus » par PMA…

20 Minutes avec agences

— 

Fécondation « in vitro » en laboratoire. (Illustration)
Fécondation « in vitro » en laboratoire. (Illustration) — DURAND FLORENCE/SIPA

En 2018 en France, un enfant sur trente devrait être conçu grâce à l’assistance médicale à la procréation (AMP/PMA), selon des chiffres dévoilés ce lundi par l’Institut national d’études démographiques (Ined) dans son bulletin mensuel Population et Sociétés.

Cette statistique intervient en plein débat sur l’extension de ces techniques aux couples de femmes homosexuelles et aux femmes seules.

La FIV largement majoritaire

L’AMP (assistance médicale à la procréation), plus communément appelée PMA (procréation médicalement assistée) permet à un couple qui ne le peut pas d’avoir un enfant, au moyen de différentes techniques médicales comme l’insémination artificielle. Parmi ces techniques, la FIV ( fécondation in vitro) est largement majoritaire et représente « 70 % des enfants conçus » par PMA.

Depuis 1982, date du premier bébé-éprouvette en France, le nombre d’enfants nés par FIV a augmenté « selon un rythme remarquablement linéaire », indique l’Ined. « En 2011, 2,0 % des enfants étaient conçus par FIV, et si la tendance se poursuit, la proportion atteindra 2,5 % en 2018, soit un enfant sur 40 (plus de 20.000 enfants) ».

Une extension de la loi aux couples de lesbiennes ?

Aujourd’hui, la PMA est réservée aux couples hétérosexuels en âge de procréer et dont au moins l’un des deux membres est stérile.

L’extension de ces techniques aux couples de lesbiennes et aux femmes seules a été débattue dans le cadre des Etats généraux de la bioéthique, qui doivent aider le gouvernement à rédiger un projet de loi de bioéthique. Ce texte est attendu au Parlement à l’automne.

>> A lire aussi : «La congélation d'ovocytes, c’est un pari sur l’avenir et pas une assurance-bébé!»

>> A lire aussi : PMA: Une clinique espagnole promet la réussite «sous 24 mois ou remboursé»

>> A lire aussi : Vos états généraux de la bioéthique: «Divorcée et mère d'un enfant, j'ai eu des jumeaux par PMA»