L'opération n'est pas automatique pour les personnes atteintes d'un cancer du rein métastatique. (Illustration)
L'opération n'est pas automatique pour les personnes atteintes d'un cancer du rein métastatique. (Illustration) — M.Libert / 20 Minutes

MALADIE

Cancer du rein métastatique: L'opération est inutile, un traitement médical est préférable selon des chercheurs

Une étude estime qu’il est préférable d’épargner aux patients atteints de tumeurs rénales métastatiques le traumatisme d’une opération…

Opérer un cancer du rein qui présente d’emblée des métastases est inutile. C’est ce que tend à démontrer une étude coordonnée par le professeur Arnaud Méjean, chef du service urologie de l’hôpital européen Georges-Pompidou ( Assistance publique-Hôpitaux de Paris) et présentée ce dimanche.

Selon son équipe, un traitement médical sans chirurgie par la molécule sunitinib est préférable car la chirurgie n’allonge pas la vie. « Ce sont des patients qui ont un pronostic assez sombre, donc si on peut leur éviter un mois d’hospitalisation pour une opération, cela en vaut la peine », explique le spécialiste.

Une meilleure espérance de vie

L’étude a été menée entre 2009 et 2017. Au total, 224 patients non opérés ont été comparés à 226 autres qui ont subi une intervention chirurgicale. Tous ont été suivis par 79 centres de cancérologie français, britanniques et norvégiens.

Les résultats, présentés devant le congrès de Société américaine d’oncologie clinique (ASCO) à Chicago, montrent une « survie globale de 18,4 mois dans le groupe traité par sunitinib seul contre 13,9 mois dans le groupe traité par chirurgie et sunitinib ».

Une opération dans des cas précis

Selon l’Organisation mondiale de la santé, 338.000 cas de cancer du rein ont été diagnostiqués en 2012. La maladie touche principalement des hommes âgés de plus de 60 ans. Environ la moitié des patients présentent au moins un des trois grands facteurs de risque de la maladie : tabagisme, hypertension ou obésité.

Selon le Pr Méjean, « 20 % sont d’emblée métastatiques » et la question d’opérer ou non va concerner la moitié de ces patients-là. L’autre moitié est celle des patients « qui à l’inverse ont un gros volume métastatique et qu’il ne faut pas traiter ». L’intervention chirurgicale reste, en revanche, utile pour d’autres types de patients : ceux dont le cancer du rein est localisé et ceux dont la maladie est localement avancée mais pas encore métastatique.

>> A lire aussi : Cancer du rein: Une combinaison de deux médicaments très prometteuse pour lutter contre la maladie

>> A lire aussi : VIDEO. L'immunothérapie: Une vraie révolution dans la lutte contre le cancer?

>> A lire aussi : Don de rein entre conjoints: Les femmes donnent cinq à six fois plus que les maris